AccueilVAL DE SAONEBords de SaôneLigne de bus Trévoux-Lyon : un projet ambitieux d’ici fin 2026

Ligne de bus Trévoux-Lyon : un projet ambitieux d’ici fin 2026

La Région a relancé le projet de bus à haut niveau de service entre Trévoux et Lyon mercredi 6 avril. Un projet qui est dans les cartons de la collectivité depuis plusieurs dizaines d'années mais qui devrait voir le jour d'ici fin 2026.
Laurent Wauquiez est venu présenter le projet de BHNS, mercredi 6 avril à Trévoux.
© Alexandre Bonnet - Laurent Wauquiez est venu présenter le projet de BHNS, mercredi 6 avril à Trévoux.

VAL DE SAONEBords de Saône Publié le , Alexandre BONNET

L’occasion pour le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes de venir expliquer les enjeux de ce programme central pour le département.“Je suis en retard parce que je n’ai pas pris le BHNS.” À son arrivée pour présenter le projet de bus à haut niveau de service entre Trévoux et Lyon, Laurent Wauquiez plaisante de son manque de ponctualité. Élus et acteurs de la région s'étaient donnés rendez-vous à Trévoux mercredi 6 avril pour faire un point sur l’avancement du projet transport en commun BHNS.

Les voies de circulation sont quotidiennement encombrées entre Trévoux et la Métropole lyonnaise et c’est bien pour cela que Laurent Wauquiez a fait le déplacement mercredi. Cela fait 30 ans que le projet de liaison est dans les tuyaux. Mais cette fois-ci, le président d'Aura l'a promis, "on va le faire et rien ne nous arrêtera".

Désengorger l’axe routier Lyon-Trévoux et diminuer les temps de trajets

“Cette ligne va améliorer la vie de 10 000 personnes”, estime le président. L’axe Lyon-Trévoux est emprunté par 18 000 automobilistes chaque jour et le temps de trajet minimum est de 80 minutes. La nouvelle ligne de transport en commun permettrait de raccourcir ce temps à 50 minutes. Le bus desservira seize stations entre Trévoux et Lyon et devrait désengorger la RD 933 (axe de circulation entre Trévoux et Massieux).

Un BHNS, pourquoi ?

Fréquence, régularité, confort, accessibilité, amplitude horaire, ce sont les enjeux auxquels le BHNS doit répondre. Contrairement à une ligne de car normale, le bus à haut niveau de service proposera un service plus large. Selon le président de la Région, “le but est de proposer un bus toutes les quinze minutes aux heures de pointe et sur une tranche horaire qui ne s’étend pas seulement entre 8 h et 18 h. Le BHNS c’est toute la protection du train, la facilité en plus”.

Pour construire les voies réservées aux bus, la Région compte utiliser l'ancienne voie ferrée longue de 18 km entre Trévoux et Sathonay. À la voie réservée s'ajoutera également une voie verte en parallèle destinée aux cyclistes.

Pour réaliser ce projet, onze bus de 18 m de long qui pourront accueillir 110 passagers à la fois vont être achetés. La Région souhaite également que ces outils de transport en commun circulent à l’hydrogène vert. “Un carburant qui n’émet de CO2, qui permet de circuler sans nuisances sonores et qui ne recrache que de la vapeur d’eau dans l’atmosphère”, selon Laurent Wauquiez. L’entrepôt de stockage de l’hydrogène devrait être installé proche de la régie des transports de Savigneux.

Le calendrier dévoilé pour la future ligne de bus Trévoux-Lyon

Le calendrier des travaux devrait s’étendre sur cinq ans. A partir de juin 2022 la Région va commencer à acheter le foncier pour construire les stations de dessertes et les parking relais. Des zones de stationnement qui permettront aux usagers d’accéder facilement aux arrêts de bus. Le démarrage des travaux devrait avoir lieu dans le courant de l’année 2023 jusqu’à fin 2026. Néanmoins, d’ici 2025, des stations seront ouvertes avant que le tracé soit totalement opérationnel.

Le coût total de cette nouvelle ligne est estimé à 160 M€, ce qui en fait le plus gros investissement en termes de transport pour la collectivité. Le président d’Aura n’a d’ailleurs pas hésité à souligner “que cet investissement est possible car la Région a très bien été gérée jusque-là”.

Le projet de BHNS Lyon-Trévoux sera le premier à voir le jour dans la région lyonnaise. Le but est de lancer une nouvelle dynamique de transport pour les zones en périphérie de Lyon. La Région prévoit 7 Md€ d’investissement pour permettre de couvrir l’ensemble de la périphérie d’un “nouveau RER Lyonnais”. Laurent Wauquiez a jouté qu'à terme, "l'objectif est de couvrir des zones comme Lyon-Vienne, Lyon-Crémieu de ce nouveau type de transport”.

Des négociations avec la Métropole

Durant sa présentation, le président de Région a évoqué les négociations qui persistent depuis deux ans avec la Ville de Lyon. “J’ai besoin de savoir si M. Bernard (NDLR : président de la Métropole de Lyon) laissera passer mes bus dans les voies réservées au Sytral.” Les deux institutions vont devoir se mettre d’accord sur les modalités d'intégration du réseau de transport régional au sein de la métropole.



Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?