AccueilVILLEFRANCHEL'hôpital Nord-Ouest de Gleizé fête ses 40 ans

L'hôpital Nord-Ouest de Gleizé fête ses 40 ans

Jour pour jour, jeudi 24 novembre, l'établissement a lancé les célébrations du quarantième anniversaire du transfert de l'ancien Hôtel-Dieu, rue de la sous-préfecture, dans les actuels bâtiments. D'autres dates viendront ponctuer l'année à venir.
Le Dr Max Haise, Bernard Perrut, David Flandin et Anne Metzinger autour du gâteau d'anniversaire des 40 ans du HNO.
© Simon ALVES - Le Dr Max Haise, Bernard Perrut, David Flandin et Anne Metzinger autour du gâteau d'anniversaire des 40 ans du HNO.

VILLEFRANCHE Publié le ,

Les souvenirs se sont bousculés, jeudi 24 novembre, dans le hall de l'hôpital Nord-Ouest (HNO) de Gleizé. Car c'est à cette même date, en 1982, qu'a eu lieu le transfert des services hospitaliers depuis celui de l'Hôtel-Dieu, en centre-ville de Villefranche, jusque dans les bâtiments que chacun connaît.

Bernard Perrut, actuel président du conseil de surveillance et qui était alors âgé de 25 ans, n'a pas manqué de s'en faire la mémoire. Des camions militaires aux ambulances, en passant par les nouveaux-nés protégés par des couvertures en laine à carreaux : le décor a été planté. Une vidéo d'archives diffusée dans ce même hall a d'ailleurs permis de le matérialiser.

"Cette semaine est aussi concomitante avec l'ouverture de notre nouveau site Internet et notre changement de nom (NDLR : l'hôpital Nord-Ouest intègre à présent tous ses établissements (les hôpitaux de Beaujeu, Belleville, Tarare, Villefranche et Trévoux, ainsi que dix Ehpads) sous le nom des hôpitaux Nord-Ouest), a rappelé Anne Metzinger, directrice générale adjointe des hôpitaux Nord-Ouest. Nous souhaitons mettre en avant l'évolution de notre hôpital."

Et quelle évolution ! D'un bâtiment de 8 000 m² à l'Hôtel-Dieu, occupé depuis 1648 - "trois siècles et demi d'histoire", titrait alors le Patriote Beaujolais, le 3 décembre 1982 -, les équipes étaient passées à une surface de 38 000 m², dimensionnée pour 415 lits dont 380 à l'ouverture du HNO.

Aujourd'hui, il s'étend sur 85 000 m² et compte 671 lits. Côté effectifs, c'est également un bond en avant. Les 650 professionnels dont 50 médecins de l'époque sont devenus 2 156, parmi lesquels 307 professionnels médicaux. De quoi assurer les soins d'un bassin de population d'aujourd'hui 320 000 habitants, allant de Beaujeu à Tarare, en passant par Thizy-les-Bourgs et Trévoux.

Une offre de spécialités qui s'est étoffée

Qui dit effectifs plus importants, dit également, pour les HNO, un renforcement des spécialités pratiquées. Aujourd'hui, il en existe plus de 50, dont des sur-spécialités qu'il est d'ailleurs possible de découvrir par le biais du site web.

"On couvre à peu près l'ensemble des spécialités médicales à l'exception de la chirurgie thoracique et de la neurochirurgie, détaille le docteur max Haine, président de la commission médicale d'établissement. Vous avez de plus en plus de compétences et de technicité. On milite quand même pour conserver de la spécialité générale, mais on veut permettre aux personnes du territoire nécessitant de recours d'en avoir qui soient plus proches."

L'agrandissement de cette offre est notamment permis par le GHT. Depuis le 1er juillet 2016, plusieurs établissements du nord du département se retrouvent dans cette coopération collective. Ceux des HNO, donc, auxquels il faut ajouter le Centre hospitalier du Beaujolais Vert et le Centre hospitalier de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or.

Un GHT auquel a précédé la Communauté hospitalière de territoire (CHT). Une structure "créée dans une alliance un peu secrète avec le maire de Tarare", rappelle Bernard Perrut. À l'époque, le rapprochement et l'apport de fonds de la part du HNO pour l'établissement de Tarare avait permis d'éviter que ce dernier ne disparaisse.

Un choix qui a permis à l'établissement, régulièrement menacé d'être absorbé par de plus grosses entités, de demeurer. "J'ai demandé à des ministres de venir voir un exemple réussi d'un hôpital qui a su prendre sa place sur le territoire et qui ne s'est pas fait bouffer par Lyon", rappelle Bernard Perrut. Pendant ses 25 ans de députation, l'actuel conseiller régional a notamment vu venir au HNO deux ministres de la Santé : Xavier Bertrand en 2012 et Olivier Véran en 2021.

D'autres dates de célébrations

Outre ce jour de célébrations, jeudi, partagé avec les équipes de l'établissement autour d'un gâteau, deux autres temps forts devraient rythmet cet anniversaire. Lors des voeux de l'hôpital, déjà, au mois de janvier, où un bilan chiffré plus affiné sera établi sur l'évolution du HNO durant ces 40 ans.

Puis possiblement lors des Journées européennes du patrimoine, en septembre 2023. L'établissement devrait ouvrir ses portes aux habitants pour venir visiter à la fois l'établissement mais également découvrir les services de santé.

David Flandin, premier bébé de l'hôpital Nord-Ouest

David Flandin et sa compagne, Mélissa Lanzone.
© Simon ALVES

En se replongeant dans les archives du Patriote Beaujolais, s'il n'est pas nommé, on en retrouve sa trace : "l'admission d'une parturiente à qui il était nécessaire de faire une césarienne. La naissance d'un bébé n'est-elle pas un merveilleux symbole pour une telle journée ? La maman n'est autre qu'une infirmière". Ce bébé, c'est David Flandin, 40 ans ce 24 novembre 2022. L'homme avait été invité par l'établissement pour célébrer cet anniversaire. Et il n'a pas renié la Calade depuis sa naissance puisqu'il y vit toujours, travaillant même chez Gardette Industrie. "Je suis arrivé sur groupe électrogène, raconte-t-il. Ils étaient en plein déménagement. Je suis né à 16 h 30 au service néonatalogie et le maire de l'époque (NDLR : André Poutissou) était venu pour l'occasion." À croire que le destin a choisi de le lier au HNO jusque dans sa vie : en plus d'être le fils d'une ancienne infirmière et enseignante au sein de l'Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) de l'établissement, sa compagne, Mélissa Lanzone, rencontrée il y a deux ans, est elle-même infirmière technique de pédiatrie... au service de néonatalogie. Et si David Flandin n'a pas eu ses enfants avec elle, ils sont évidemment nés au HNO.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?