AccueilVILLEFRANCHEA la uneLes bassins encore fermés : que se passe-t-il au Nautile ?

Les bassins encore fermés : que se passe-t-il au Nautile ?

Le 1er septembre 2014, le Nautile fermait ses portes, comme deux fois dans l'année, pour sa traditionnelle fermeture technique.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Mais comme en janvier, il ne les a pas rouvertes une semaine plus tard. Un panneau annonce la couleur sur la porte d'entrée. Si les usagers occasionnels sont informés ainsi, la direction a pris des dispositions pour les autres. "Il a fallu réagir en une demi-journée, commente Anne Oliva, responsable de l'établissement, surtout en pleine rentrée sportive, c'est très compliqué. Entre le public scolaire et associatif, mais aussi nos abonnés que l'on a avertis par mail, internet ou téléphone ; on a essayé d'être le plus réactif possible. Ils ont été compréhensifs, ils savent que l'on met tout en œuvre pour faire de notre mieux, du coup ils nous sont restés fidèles." Le prélèvement des abonnements est suspendu et un geste commercial est à l'étude.
Septembre est en effet une date importante pour le centre aquatique, qui relance à la fois l'ensemble de ses cours, d'autant plus que plusieurs projets pédagogiques, travaillés depuis plusieurs mois, devaient être mis en place. Mais que se passe-t-il au Nautile ? Depuis la réouverture au mois de janvier, où des problèmes sur des gaines de ventilation avaient été diagnostiqués, l'établissement fait l'objet d'une expertise, avec l'intervention d'un bureau de contrôle qui, mensuellement, émet un avis sur l'installation. Si tout allait bien (y compris sur la qualité de l'eau qui n'a jamais été en cause), le bureau de contrôle a émis une alerte ce mois-ci, toujours sur le supportage des gaines de centrale d'air, mettant en avant un risque potentiel de chute. "Un risque potentiel, c'est un risque tout court, poursuit Anne Oliva, nous avons donc pris les devants avec l'Agglomération Villefranche-Beaujolais et décidé de fermer les bassins." Un problème de corrosion avancée de ces supports semble être en cause, mais quant à la responsabilité, l'avenir le dira. "C'est en cours de détermination, commente Anne Oliva, il y a de nombreux intervenants au dossier?: les entreprises, mais aussi Vert-Marine en tant qu'exploitant, l'agglomération qui est propriétaire, le maître d'œuvre, le bureau d'études, jusqu'au constructeur des matériaux en cause. Dans ces expertises, on va chercher la responsabilité à tous les niveaux, quels qu'ils soient."

Des travaux sont lancés

Quant au coût de la fermeture, il en ira de même. Si des discussions sont entamées avec la collectivité depuis la fermeture du mois de janvier, elles sont soumises aux conclusions de l'expertise qui est toujours en cours. Des travaux sont néanmoins lancés pour permettre une mise en sécurité et une réouverture de l'équipement le plus rapidement possible. "On agit par précaution, ajoute Patrick Phulpin, directeur général de l'agglomération Villefranche-Beaujolais, on a préféré agir pour arriver à une absence de risque à 100?%. En tant que propriétaire, on a agi, on va réaliser des travaux et lorsque les responsabilités auront été établies, on réagira." Et le directeur général d'ajouter que le Nautile, aujourd'hui ouvert depuis dix-huit ans, mériterait des travaux de confortation. "On verra après l'expertise, conclut Patrick Phulpin, mais pourquoi ne pas envisager des travaux plus importants à la fin de la délégation de service public."
Quant à déterminer une date de réouverture, il est encore trop tôt. "Chacune des parties reste en charge de ses obligations, précise Anne Oliva, et tous les moyens sont mis en œuvre pour que le Nautile rouvre ses portes dans les meilleurs délais." Si le public est déçu et ressent un certain ras-le-bol face à cette situation, ce que la direction de l'établissement entend et comprend, cette dernière n'oublie pas non plus le personnel, pour une partie duquel une mise en chômage technique partiel est à l'étude. "Ils ne seront pas impactés financièrement, rassure Anne Oliva, on essaie de trouver les meilleures solutions." Une réaffectation sur un autre site de Vert-Marine ? Anne Oliva ne l'envisage pas, le plus proche étant à Saint-Maurice-de-Beynost, ne souhaitant pas ajouter à son personnel, déjà frustré de ne pas avoir pu recevoir les clients, des déplacements coûteux. "Je peux compter sur eux, nous avons une cohésion d'équipe très forte." Si les bassins sont fermés, l'espace forme et bien-être reste ouvert aux horaires habituels.
Si en janvier il avait fallu un mois et demi au Nautile pour rouvrir ses portes, personne n'ose, à l'heure actuelle, s'avancer sur une hypothétique date de remise en fonction complète de l'établissement.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?