Fermer la publicité

Les Ardillats : la filière bovine en visite à la veille de son congrès annuel

le - - ACTUALITES

Les Ardillats : la filière bovine en visite à la veille de son congrès annuel
Christine GESSE - Pascal Girin, Bruno Dufayet, Laurent Goujat, Laurent Courtois et Guillaume Dupré.

Le congrès se tiendra à Anse du 5 au 6 février.

Avant de conduire leur congrès annuel à Anse les 5 et 6 février, les responsables de la filière nationale bovine ont découvert la situation du département, entraînés dans cette découverte par Pascal Girin, président de la FDSEA69 et les coprésidents de la filière bovine du Rhône, Laurent Courtois et Laurent Goujat.

Après avoir visité une exploitation en vallée d'Azergues et avant de terminer leur visite du département par une exploitation de Cours-la-Ville, les élus et responsables de la filière bovine étaient accueillis dans l'exploitation de Guillaume Dupré, éleveur installé au hameau du Ritz, aux Ardillats, où il élève une cinquantaine de vaches charolaises.

Une filière en difficulté

C'était pour les responsables de la filière une bonne illustration de la situation de l'élevage bovin : une exploitation d'une taille moyenne, ayant fait appel aux prêts et subventions pour s'installer et évoluer, avec aujourd'hui trois bâtiments de stabulation, et une augmentation régulière du cheptel sans pour autant dégager aujourd'hui un revenu suffisant pour l'exploitant.

L'élevage bovin dégage les revenus les plus bas des activités agricoles en France. Il faudra au jeune exploitant encore grandir et faire évoluer sa stratégie de vente tout à la fois. Ce sont bien ces tendances que le président national de la filière bovine Bruno Dufayet a pointé dans son intervention : malgré un contexte économique favorable, la filière est en difficultés, la reprise des exploitations est menacée et la décapitalisation progresse.

Les responsables agricoles attendent des pouvoirs publics une cohérence qui éviterait aux producteurs de subir une concurrence étrangère inégale, mais ils veulent aussi pousser la filière à entrer dans une nouvelle ère, vers plus de qualité, plus de collectif aussi, de mutualisation pour diminuer les coûts d'exploitation. Ce sera l'enjeu de l'année 2020, l'enjeu du congrès aussi que d'en convaincre les professionnels.

Christine GESSE

Correspondante locale de presse




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer