AccueilACTUALITESPolitiqueLégislatives / Renaissance : "Donner une voix au Beaujolais à Paris"

Législatives / Renaissance : "Donner une voix au Beaujolais à Paris"

Inconnu dans la 9e circonscription du Rhône, l'Ardéchois Ambroise Méjean va tenter de s'appuyer sur la réélection d'Emmanuel Macron, mais également de son suppléant, Antoine Laurent, animateur local, pour convaincre le Beaujolais de voter pour lui.
Législatives / Renaissance : "Donner une voix au Beaujolais à Paris"
© Simon ALVES - Antoine Laurent et Ambroise Méjean comptent profiter de la dynamique Macron en Beaujolais lors de la présidentielle pour ravir la députation.

ACTUALITESPolitique Publié le ,

Si son parachutage a pu en surprendre plus d'un – la prétendante à l'investiture Caroline D'Autryve en premier lieu –, Ambroise Méjean ne vient pas de nulle-part. Le candidat de la majorité présidentielle, bien qu'âgé de 26 ans, traîne derrière lui un engagement en politique concret qui a pris forme dès la création du mouvement En Marche ! d'Emmanuel Macron, en février 2016.

Depuis trois ans, ce diplômé de HEC a même pris la tête des Jeunes avec Macron, lui permettant de côtoyer régulièrement le président. "J'ai pu faire campagne à ses côtés pendant la présidentielle et porter différentes mesures en faveur des jeunes durant le premier mandat, rappelle le natif de Glun, au sud de Tournon-sur-Rhône. Je suis à l'origine de l'extension des repas à 1 € pour les étudiants pendant le Covid et j'ai aussi avancé des mesures de transition écologique."

"LR n'aurait aucun poids"

Le fait qu'un natif de l'Ardèche se retrouve à faire campagne en terrain inconnu, dans une circonscription où la dynastie Perrut gouverne depuis 44 ans, peut interroger. Pourtant, le Rhône ne lui est pas étranger. Avant de monter à Paris, le candidat de Renaissance a fait ses études à Lyon. Et il compte s'appuyer sur les bons résultats du président de la République localement pour s'imposer. "Plus de 30 % des habitants ont voté Macron au premier tour, poursuit-il. Ma motivation pour être député est avant tout de permettre à la majorité de mener ses projets. Je veux aussi faire entendre la voix du Beaujolais à Paris. Ce n'est plus le cas aujourd'hui."

Une critique frontale à Alexandre Portier et Bernard Perrut. C'est d'ailleurs en opposition à leur vision très locale des législatives qu'Ambroise Méjean souhaite construire son image. "C'est d'abord une élection nationale, assène-t-il. Eux défendent le bilan de Valérie Pécresse qui a fait 4 % au premier tour. S'ils étaient élus demain, ils n'auraient aucun poids."

Ambroise Méjean a accueilli Olivier Klein, président de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine, vendredi 27 mai à Belleroche © Hervé ROCLE

Le jeune candidat n'épargne pas non plus la candidate de la Nouvelle union populaire écologique et sociale en rappelant le passé de gilet jaune de Mylène Dune. "On voit le respect des lois et des usages", tacle-t-il avec ironie. En ajoutant le Rassemblement national dans l'équation, Ambroise Méjean l'assure : "On représente la seule opportunité pour réduire le chômage, baisser les impôts et renforcer notre police."

Pour muscler sa jambe beaujolaise, l'Ardéchois pourra compter sur son suppléant, Antoine Laurent, animateur à Villefranche du parti présidentiel depuis 2016. Le Caladois de 32 ans – non investi malgré sa candidature – insiste : "Personne n'a le monopole de la proximité. Le seul candidat qui peut faire avancer les projets locaux, c'est Ambroise Méjean".

Pouvoir d'achat, viticulture et transition énergétique

Et des projets et thématiques, le Beaujolais n'en manque pas. Les deux hommes se sont enquis des attentes locales. "Nous avons des remontées très concrètes des viticulteurs sur le foncier notamment", détaille Ambroise Méjean, qui assure vouloir porter des mesures pour faciliter la transmission d'ici la fin de l'année. La question des seuils de logements sociaux à Porte des Pierres Dorées est également remontée à ses oreilles.

Porteur du projet présidentiel, le candidat n'oublie pas d'évoquer les mesures gouvernementales : indexation des retraites sur l'inflation, maintien du bouclier énergétique ou encore suppression de la redevance télé. Le triplement de la prime Macron pour les entreprises en cas de dividendes versés en fait partie, tout comme la question de la transition énergétique, prenant en exemple le projet de méthanisation de Belleville.

"Au-delà des propositions, je veux porter une méthode, ajoute-t-il. Contrairement à Laurent Wauquiez qui règne par la terreur et le chantage aux subventions, je veux travailler avec tout le monde. Le but d'un député est de faire réussir son territoire." La première réunion publique se déroulera vendredi 2 juin pour Ambroise Méjean et Antoine Laurent. Ce sera à la salle de l'Atelier de Villefranche, avant une autre à la salle Camille-Claudel de Belleville le 7 juin et du porte-à-porte sur tout le territoire.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?