AccueilACTUALITESPolitiqueLégislatives : Élodie Perrichon, de l'abstention à la députation

Législatives : Élodie Perrichon, de l'abstention à la députation

Candidate dans la 9e circonscription du Rhône pour l'Écologie au centre, cette habitante de Belleville-en-Beaujolais a décidé de passer de la société civile à l'univers politique, pour porter le programme de l'Écologie au centre.
Législatives : Élodie Perrichon, de l'abstention à la députation
© Zoé BESLE

ACTUALITESPolitique Publié le ,

"Je suis et j'ai toujours été une femme de terrain". À presque 40 ans - elle soufflera ses bougies à l'issue du second tour des législatives – Élodie Perrichon est candidate aux législatives dans la 9e circonscription du Rhône. Native du Beaujolais, la Bellevilloise a les pieds bien ancrés dans le tissu associatif local : en 2017, elle crée l'Effet Papillon, une association qui organise des rencontres, des vide-greniers et possède une boutique gratuite pour les personnes dans le besoin. Elle est aussi la présidente d'Éducation populaire en Beaujolais, une structure qui vise à diffuser de la culture au grand public. "Quand on agit dans le milieu associatif, on défend des convictions, on est proche de la population et donc on fait face aux problématiques qu'elle rencontre", explique la candidate.

Elle n'en est pas à son premier coup d'essai en politique : en 2020, on la retrouve sur la liste de l'actuel maire de Belleville, Frédéric Pronchery. Sans étiquette, il a remporté les municipales dès le 1er tour avec 69,75 % des voix. Élodie Perrichon a aussi participé aux régionales de 2021 dans le canton de Belleville, sur la liste de l'écologiste Fabienne Grébert. "Sur le canton, on était arrivé second avec 26 % des voix". Des débuts politique qui ont motivé cette conseillère en développement local à prendre son envol. Elle sera suppléée par Alain Cabezas, soixantenaire lyonnais "au parcours professionnel très riche, selon la tête de liste. Il a travaillé dans l'hôtellerie, il a été gérant d'une brasserie, c'est lui aussi un homme de contact qui a le sens de l'écoute".

Ni de droite ni de gauche

La rencontre d'Élodie Perrichon avec les équipes de l'Écologie au centre l'a marquée, la candidate se retrouvant dans le programme de cette mouvance politique qui revendique sa laïcité et sa non appartenance à un bord politique. "Je pense que les questions environnementales affectent et touchent tous les citoyens. Ce thème est d'ailleurs transversal avec la santé, avec l'emploi, c'est vraiment une question qui doit être au-dessus des clivages et portée par tous les responsables", souligne Élodie Perrichon.

Interrogée sur les mesures phare de son programme, elle affirme que le plus important, pour elle, est la concertation. "Ça fait des années que j'œuvre pour la consultation et la participation citoyenne ; j'ai organisé de nombreux débats", explique la candidate. À l'époque des gilets jaunes – elle a participé aux débuts du mouvement en 2018 –, elle met en place des débats entre eux et les gilets verts. "Je crois qu'aujourd'hui, c'est important de prendre en compte la voix des citoyens : ceux qui disent qu'ils ne s'intéressent pas à la politique ne doivent pas regarder dehors comme moi. Des millions de personnes descendent dans la rue ; c'est de la politique, il faut les écouter".

Elle-même a longtemps déserté urnes, comme elle le confiait à Libération dans une interview de février 2020. "À l'époque, j'étais colistière sur la liste du maire en place et très investie, comme je le suis encore, dans le milieu associatif. Mon engagement politique est plus fort aujourd'hui. Quand on voit le nombre d'abstentionnistes, je crois qu'il faut se poser les bonnes questions. Je veux être le porte-voix de toute la population, notamment celle qui est le plus éloignée des urnes".

L'écologie, un volet central

Outre la mobilisation et l'écoute des citoyens, la candidate de l'Écologie au centre porte plusieurs mesures en rapport avec l'environnement : autonomie alimentaire, en accompagnant le développement des Amap (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), des circuits courts ou encore en généralisant le permis de végétaliser, un dispositif qui permet à chacun de jardiner dans l'espace public. "Je veux proposer une charte de réduction de l'empreinte carbone destiné aux administrations avec des objectifs inscrits dans les fiches de poste de chacun. Il faut de l'exemplarité".

La mise en place de tiers lieux avec les collectivités pour maintenir des services de proximité est aussi au programme. "On invente constamment de nouvelles choses… Alors qu'il existe des outils qui sont très peu utilisés et qui fonctionnent, encore mieux avec de la concertation. Je ne suis ni de droite ni de gauche, mais je suis prête à travailler et composer avec tous".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?