AccueilACTUALITESPolitiqueLégislatives / 9e circonscription : pour Rémi Berthoux (RN), "aucune voix ne doit aller à M. Méjean"

Législatives / 9e circonscription : pour Rémi Berthoux (RN), "aucune voix ne doit aller à M. Méjean"

Éliminé au premier tour malgré un score qui s'améliore par rapport à 2017, le candidat du Rassemblement national a regretté l'absence d'alliance avec Reconquête et montré son opposition au candidat de Renaissance.
Législatives / 9e circonscription : pour Rémi Berthoux (RN), "aucune voix ne doit aller à M. Méjean"
© David DUVERNAY

ACTUALITESPolitique Publié le ,

"Si on compare avec 2017, on augmente notre score, donc on est plutôt contents." Avec 18,23 % des voix (contre 15 % il y a cinq ans), le candidat du Rassemblement national (RN), Rémi Berthoux, n'a pas réussi à convertir la dynamique de la présidentielle qui avait placé Marine Le Pen comme deuxième force politique de la circonscription.

Malgré la satisfaction des 8 500 voix récoltées, le natif de Thizy-les-Bourgs regrette la division du "camp patriote" avec les candidatures de Claire de Guernon (Reconquête) et Maguy Girerd (Debout la France). "On voit qu'on aurait pu être au second tour avec une candidature commune, décrypte-t-il. À l'avenir, pour gagner, il faudra être unis." Une situation de potentielle qualification pour quelques voix pour les candidats d'extrême-droite qui s'observe dans plusieurs circonscriptions rhodaniennes.

"S'il est élu, M. Méjean se servira du Beaujolais comme d'un tremplin"

A l'aune du second tour, s'il n'appelle pas à voter formellement pour l'un des candidats qualifiés, Rémi Berthoux ne laisse aucun doute sur son choix et sa consigne aux militants : "Aucune voix ne doit aller à M. Méjean. C'est un parachuté qui, s'il est élu, se servira du Beaujolais comme d'un tremplin alors qu'il n'a aucune attache. Il faut éviter d'avoir un candidat de la majorité présidentielle à l'Assemblée."

Au niveau national, le parti de Marine Le Pen a réalisé des scores historiques avec plus de 200 candidats qualifiés pour le second tour. Une situation qui pourrait permettre pour la première fois la création d'un groupe du RN au palais Bourbon. "On est d'ailleurs le seul mouvement qui n'est pas constitué de plusieurs partis, rappelle-t-il. Nous sommes la seule opposition à Emmanuel Macron." Le candidat malheureux a également rappelé sa volonté de "revenir à la proportionnelle" pour une meilleure représentation des sensibilités politiques et ainsi contrer l'abstention. "Cela m'inquiète énormément", conclut-il.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?