AccueilBEAUJOLAISBeaujolais vertLe tour du monde de Maxime et Elodie

Le tour du monde de Maxime et Elodie

Maxime Mélinand, natif de Saint-Bonnet-des-Bruyères, n'avait pas pu faire la traditionnelle vague lors de ses 20 ans, il avait alors une jambe dans le plâtre ! Il est en train de prendre une sérieuse revanche sur le sort en effectuant une belle "vague" autour du monde.
Le tour du monde de Maxime et Elodie
Maxime et Elodie au Mont Cook en Nouvelle-Zélande.

BEAUJOLAISBeaujolais vert Publié le ,

Enfant, Maxime était déjà intéressé par tout ce qui touche à d’autres horizons que ceux du Haut-Beaujolais. Conforté dans ses goûts par les voyages familiaux, l’idée de faire un tour du monde s’est imposée peu à peu à son esprit. En 2008, un premier grand voyage en Guyane a été le déclic pour se lancer dans d’autres déplacements. Des voyages touristiques au Gabon puis deux missions humanitaires au Bénin avec Aquassistance (aide à l’accès à l’eau potable pour les pays déshérités d’Afrique) n’ont fait que renforcer son envie. Avec Elodie Masson, sa compagne, qui elle-même avait fait un séjour de dix mois en Australie, le désir de découvrir la diversité de notre planète n’a fait que grandir.
Arrivés à la trentaine, d’un commun accord Maxime et Elodie se sont lancés dans l’aventure. Après avoir comparé leurs envies respectives, ils ont choisi l’Asie, l’Océanie et l’Amérique du Sud en décidant de visiter dix pays : la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, Sydney en Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Equateur, le Pérou, le Chili, l’Argentine et la Bolivie. Ils ont prévu dix mois pour l’accomplir. Ayant pu bénéficier d’un congé sabbatique de la part de leur employeur, ils ont obtenu un billet tour du monde auprès d’une agence spécialisée. Mais si l’on en croit leur page Facebook, accessible à tous, ils ont utilisé d’autres modes de transport que l’avion : bicyclette, voiture, van, pirogue et même marche à pied ! Grâce à internet ils peuvent donner très régulièrement des nouvelles à leurs proches et à leurs amis.
Le couple haut-beaujolais est actuellement à mi-parcours, sur le continent sud-américain où ils ont déjà pu admirer les extraordinaires îles Galapagos et se mesurer à la forêt amazonienne. Souhaitons leur que ce beau voyage se poursuive avec le même bonheur. Lors de leur retour en France prévu en avril, en réalisant leur rêve, ils seront devenus véritablement citoyens du monde.

Michel JAMBON - Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?