AccueilVAL DE SAONEPorte de Lyon MétropoleLe Tata sénégalais, un cimetière à Chasselay pour ne pas oublier

Le Tata sénégalais, un cimetière à Chasselay pour ne pas oublier

Ce lieu de mémoire a été érigé en hommage aux soldats africains morts en 1940.
196 tombes ont été dressées dans le Tata sénégalais.
© Tony Fonteneau - 196 tombes ont été dressées dans le Tata sénégalais.

VAL DE SAONEPorte de Lyon Métropole Publié le ,

Tata, ou enceinte sacrée en wolof, la langue parlée principalement au Sénégal. Pas vraiment le genre de monument que l'on trouve habituellement en Beaujolais. Pourtant, ce cimetière rectangulaire délimité par des murs ocres et quatre angles bordés de pieux fait désormais partie intégrante de l'histoire de Chasselay.

La bataille et le massacre de Chasselay

Pour comprendre son origine, il faut remonter en juin 1940, lors de la Seconde guerre mondiale. L'armée française est alors en déroute et les forces allemandes ont quasiment détruit toute forme de résistance.

Pourtant, une partie de l'armée hexagonale et des troupes sénégalaises continuent de résister, et ce même si Lyon a été déclarée ville ouverte par le gouvernement français. Mais l'information n'est pas encore remontée jusqu'à Sathonay-Camp.

Le 19, le colonel commandant le 25e RTS (régiment de tirailleurs sénégalais) place deux bataillons, selon les ordres reçus, sur la ligne générale Curis, Saint-Germain-au-Mont-d'Or, Chasselay, Marcilly-d'Azergues, Lozanne et l'Arbresle. Mais rapidement, les forces allemandes prennent le dessus.

Le tata sénégalais déclaré nécropole nationale en 1966

Et si les soldats français sont faits prisonniers et emmenés à Lyon, les soldats africains (Sénégalais, mais aussi Ivoiriens, Soudanais, Tchadiens...) sont eux massacrés à la mitraillette et écrasés par les Panzers au lieu-dit de Vide-Sac.

Deux officiers accusés d'avoir dirigé des soldats noirs sont aussi exécutés. Horrifiés, les habitants de Chasselay rassemblent les corps pour les enterrer dans un cimetière. C'est en 1942 que le tata sénégalais est érigé. Mais il faudra attendre 1966 pour qu'il soit déclaré nécropole nationale.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?