AccueilVILLEFRANCHEA la uneLe Repair café : ici on répare au lieu de jeter !

Le Repair café : ici on répare au lieu de jeter !

"Rien ne se jette, tout se répare?!".

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

C'est de ce constat qu'est né le premier Repair café en 2009 à Amsterdam. C'est la Néerlandaise Martine Postma qui en est l'initiatrice : "Les gens ont tout simplement perdu la culture de la réparation, on jette trop facilement alors qu'on pourrait remettre en état". En 2014, le nombre de Repair cafés a doublé et on en compte environ 700 dans le monde.

Votre fer à repasser a apparemment rendu l'âme, votre casque audio grésille… au lieu de les jeter et de vous ruer sur des appareils neufs, pourquoi ne pas tenter de les réparer. Mais bien sûr, vous n'y connaissez rien et vous hésitez à "ouvrir le ventre" de ces appareils pour y jeter un œil et tenter de trouver la panne !

Le Repair café récemment ouvert à Villefranche est peut-être la solution à votre problème. "Les objectifs du Repair café sont entre autres de lutter contre l'obsolescence programmée, modifier notre système de consommation, lutter contre la surconsommation, mieux recycler", résume Axel Charvy, l'initiateur du projet en Calade. Ce jeune homme l'a mis en place par conviction, aidé du président des Repair cafés du Rhône, Sophiane Zennouda, créateur du premier Repair café dans le Rhône, en novembre 2014 à Neuville-sur-Saône.

"C'est un lieu de rencontre et d'échange où l'on répare les objets du quotidien que nous amènent les visiteurs. Mais attention, nous ne sommes pas un SAV (service après-vente). On peut amener un seul objet à la fois et nous ne garantissons pas de le réparer. Pas question de déposer l'objet et de le récupérer plus tard. Le visiteur doit être là du début à la fin et s'investir", précise Axel.

Le but est de mettre en présence des bénévoles, professionnels ou pas, appelés répar'acteurs, qui par leurs connaissances aident les visiteurs à remettre en état de marche leur objet.

A leur arrivée, ils remplissent une fiche précisant l'objet amené, le problème (un bilan sera fait à la fin de l'intervention). Puis ils sont invités à s'investir, aider à démonter l'objet, chercher à comprendre où est le problème de façon à pouvoir éventuellement réparer ensuite eux-mêmes.

"Au-delà de cet acte de réparation, on aimerait mettre en place un espace d'échange pour discuter de cette façon de vivre, faire prendre conscience aux gens qu'il faut lutter contre le gaspillage et limiter les déchets", explique Axel Charvy.

Le Repair café ne garantit donc pas de réparer les objets à coup sûr : "Si ce n'est pas réparable, on essaie de trouver une solution. Une fois la panne détectée, s'il y a une pièce à changer, le visiteur peut l'acheter et on l'aidera ensuite pour la réparation".

Aujourd'hui, beaucoup de personnes ne vont plus faire réparer car cela coûte trop cher, ou parce que les petits dépanneurs ont disparu. "Réintroduire dans la société locale la réparation des objets d'une manière moderne, voilà vers quoi nous voulons arriver. Nous ne voulons pas prendre la place des magasins de réparations, juste faire prendre conscience qu'on peut faire autrement que jeter", souligne Axel.

Lors de ce premier Repair café, une quarantaine de personnes sont venues, par conviction, par curiosité, pour prendre contact, proposer d'être bénévole, et une dizaine d'objets ont été réparés.

"Au-delà des visiteurs venus par le biais des réseaux alternatifs, nous voudrions aussi toucher les personnes qui en ont vraiment besoin, ceux qui n'ont pas les moyens financiers de faire appel à un professionnel", insiste-t-il.

A Villefranche, il manque des bénévoles répar'acteurs, notamment dans le domaine de l'électronique, (hi-fi, multimédia, TV, home cinéma, etc.). Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, notamment les retraités qui peuvent faire partager leurs connaissances et passer un moment convivial.

Car le mot "convivial" est aussi ce qui définit ce Repair café : thé et café sont offerts à tous, les discussions s'engagent, on partage des idées.

A noter que le Repair café a été aidé par le service jeunesse de la Ville de Villefranche, emballé par le projet, qui met à disposition les locaux ; mais également par des partenaires tels Géant Casino qui a offert du petit matériel de bricolage, Biocoop qui offre thé et café et les repas aux bénévoles, ou encore Les Lunettes de Julien qui participent à la communication.

Le prochain Repair café aura lieu samedi 8 mars, toujours au caveau Jacques-Higelin, rue de la Quarantaine. Si vous souhaitez des renseignements, vous pouvez visiter le site (repaircafe.org/fr), contacter Axel Charvy (repaircafevillefranche@gmail.com) ou visiter la page Facebook du Repair café de Villefranche.

Jacqueline Fabre

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?