AccueilVAL DE SAONERégion de BellevilleLe remplacement de la conduite d'eau entre Pizay et Cercié débute ce lundi

Le remplacement de la conduite d'eau entre Pizay et Cercié débute ce lundi

La première phase des travaux, qui se dérouleront sur les communes de Saint-Jean-d’Ardières, Cercié et Saint-Lager, durera du lundi 19 septembre à la fin 2022. Des tronçons de route devront être fermés pour sécuriser les usagers.
Jean-Paul Varichon, maire de Saint-Lager, Christophe Clauzel, maire de Cercié, Daniel Michaud, maire de Quincié, des entrepreneurs liés au projet et le maire délégué de Saint-Jean-d'Ardières Didier Jaffre.
©Viviane Gobert - Jean-Paul Varichon, maire de Saint-Lager, Christophe Clauzel, maire de Cercié, Daniel Michaud, maire de Quincié, des entrepreneurs liés au projet et le maire délégué de Saint-Jean-d'Ardières Didier Jaffre.

VAL DE SAONERégion de Belleville Publié le ,

Comme les autres, la conduite de refoulement-distribution qui se situe entre Pizay et Cercié a été prévue pour durer 100 ans et elle pourrait bien le faire. Mais vieille d’une soixantaine d’années, elle laisse passer malgré tout, de temps en temps, en creusant des petits cratères sur certaines communes, quelques fuites qui occasionnent des gênes aux usagers, en temps de réparation.

Dans le cadre de l’entretien usuel du réseau, il est prévu d’en renouveler 1 % par an, soit 3 km. Il a ainsi été décidé de remplacer complètement cette conduite, une des principales du réseau historique du SMEVA (Syndicat mixte des eaux de la vallée D’Ardières) d’une longueur de 3,5 km sur ce tronçon, ce qui implique la reprise de 31 branchements, 2 passages en encorbellement, 2 traversées d’ouvrages et 8 zones de raccordement.

Ce chantier d’ampleur, chiffré à 1 622 000 €, bénéficiera d’une importante subvention de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse à hauteur de 15 %, soit 237 600 € d’aides. Il était temps d’en profiter car l’Agence réoriente sa politique sur d’autres sujets et c’est l’une des dernières aides qu’elle accordera à ce titre.

Une fin de chantier prévue au printemps 2023

Ce chantier est important, car il ne concerne pas que les communes riveraines. Il impacte aussi les autres communes du réseau en véhiculant 8000 m³/jour dans un tuyau fonte de 250 mm de diamètre, ce qui occasionne beaucoup de pression et une forte sollicitation des matériaux.

Or, quand la fonte casse, cela peut vider les châteaux d’eau sur tout le circuit et les usagers peuvent se retrouver avec des robinets à sec et des interventions allant de deux heures à deux jours. Ces travaux d’envergure situés sur les trois communes de Saint-Jean-d’Ardières, Cercié et Saint-Lager seront menés conjointement par les entreprises locales Safege Sas pour les études, Albertazzi Serfimeau pour la réalisation et Eiffage pour le suivi routier, en trois phases, dont la 1ère démarrera le 19 septembre et ira jusqu’à fin 2022.

Leur fin hors aléas divers dont climatiques, est prévue courant printemps 2023, à l’issue de six mois de travaux. Pour les mener à bien, des tronçons de route devront être fermés pour sécuriser les usagers. Dans un premier temps, la route sera barrée de l’entrée de Pizay jusqu’à Saint-Ennemond avant d’être rouverte petit à petit.

Des déviations seront mises en place. Mais les riverains pourront toujours accéder à leur domicile et les cars scolaires pourront circuler tout comme les véhicules de secours, et les ordures ménagères seront ramassées.

Il fallait établir une priorité dans les désagréments occasionnés aux usagers. Remplacer cette conduite était une volonté des élus du territoire représentés ici par Daniel Michaud, maire de Quincié responsable eau et assainissement à la CCSB, Didier Jaffre, premier adjoint en charge des travaux à la mairie de Belleville-en-Beaujolais et maire délégué de Saint-Jean-d’Ardières, Christophe Clauzel, maire de Cercié et Jean-Paul Varichon, maire de Saint-Lager, mais aussi des partenaires qui connaissent bien le secteur, le syndicat, et le réseau y compris dans son sous-sol.

Car même si le rendement moyen de 75 % y est plutôt satisfaisant avec des pertes estimées inévitables de 25 %, la changer de façon un peu anticipée va "colmater" les micro-fuites inévitables, soit 12m³/j, ce qui représentera au final une économie de 5000 m³, soit 40 fois la capacité de la piscine de Belleville. Un choix important en termes de développement durable, en économie d’eau bien sûr, mais aussi pour l’énergie nécessaire à son pompage.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?