AccueilAINLe premier tueur en série était de l'Ain

Le premier tueur en série était de l'Ain

Au terme d'une longue enquête, le juge Genod de Trévoux est parvenu à "coincer" Martin Dumollard, accusé de douze agressions avérées contre des bonnes, dont trois assassinats.
Le premier tueur en série était de l'Ain
DR - Martin Dumollard souvent surnommé le "tueur de bonnes".

AIN Publié le ,

Martin Dumollard s'est illustré de triste façon dans la rubrique des faits divers au cœur du XIXe siècle. Celui qui a parfois été qualifié de premier tueur en série de l'histoire moderne - ouvrant la voie aux pires criminels - a été l'auteur d'au moins une douzaine d'agressions extrêmement violentes à l'encontre de jeunes femmes, pour la plupart commises dans un périmètre compris entre Trévoux et Dagneux (Ain).

Cet homme marié bénéficiait de la complicité de son épouse dans une entreprise criminelle qui reposait sur un mode opératoire toujours identique. Dumollard se rendait à Lyon où il piégeait de jeunes femmes à la recherche d'un emploi de bonne. Sous prétexte de leur offrir un travail non loin de Lyon, du côté de la côtière dans l'Ain, il les attirait sur son territoire avant de les voler, de les dépouiller de leurs vêtements et parfois de les tuer. Au moins douze agressions du même type ont été recensées, dont trois se sont achevées par des assassinats.

Détenu à Trévoux

De cette affaire, on a souvent retenu la figure du monstre Dumollard. Mais pour mettre un visage sur l'auteur de ces crimes sordides, il aura fallu l'opiniâtreté des enquêteurs, au premier rang desquels un juge nommé Genod, basé à Trévoux. C'est de la petite ville bordée par la Saône que l'enquête autour de cette affaire hors-norme a été menée. Après son arrestation en mai 1861, Dumollard et son épouse ont d'ailleurs été emprisonnés à Trévoux pendant dix mois, période durant laquelle le juge Genod a pu faire la lumière sur cette sombre affaire.

Martin Dumollard a finalement été reconnu coupable et condamné à la peine de mort. Il fut guillotiné à Bourg-en-Bresse en 1862. L'épilogue d'une histoire qui aura marqué les annales du crime en France, et dans laquelle le juge Genod aura joué un rôle majeur.

Article tiré du supplément Les 100 histoires en Beaujolais - Val de Saône édité en 2015.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?