AccueilBEAUJOLAISCoteaux du BeaujolaisLe Perréon : une classe sauvée grâce à la mobilisation des parents ?

Le Perréon : une classe sauvée grâce à la mobilisation des parents ?

L'école maternelle comprend trois classes de sections distinctes, petite, moyenne et grande sections.

BEAUJOLAISCoteaux du Beaujolais Publié le ,

Mais après les inscriptions officielles pour l'année scolaire 2013/2014, l'école est menacée d'une fermeture de classe avec un effectif à la prochaine rentrée qui s'annonce de soixante-deux élèves. L'effectif devrait être de soixante-trois pour ne pas risquer la fermeture. Six enfants de 2 ans, mais qui atteindront leurs 3 ans au cours de l’année scolaire, sont en préinscription mais ne sont pas comptabilisés dans l'effectif total. Les chiffres étant ce qu’ils sont, la limite de fermeture est fixée par l’académie à soixante-deux enfants, ce qui signifie que ces six élèves ne pourront faire leur rentrée en septembre 2013, ce qui provoque une grande colère des parents d’élèves, qui ont occupé les locaux lundi dernier. Soutenus pas des habitants n'ayant plus d'enfants en âge d'aller à l'école, les parents d'élèves ont hautement affiché leur mécontentement, en affirmant que les enfants allaient être répartis dans deux classes surchargées, pour un seul élève manquant ! La situation n’est que momentanée puisque les effectifs allaient de nouveau être normalisés dès la rentrée 2014. Cette fermeture de classe n’est, pour l’heure actuelle, pas concevable et incompréhensible aux yeux des parents qui ne décolèrent pas. "Si la classe ferme, on nous demande pour la rouvrir un effectif de soixante-sept enfants. Alors qu'aujourd'hui tout fonctionne, avec une municipalité qui a rénové l'école récemment, et un Sou des écoles très actif", explique avec vivacité ce père de famille. Le matin même de cette journée de mobilisation, une délégation de parents d'élèves s'est déplacée, avec un adjoint du maire, à Belleville pour rencontrer l’inspecteur départemental des services de l’académie de Lyon et ainsi exposer le problème. M. le maire Yves Gros, qui ne souhaite absolument pas qu’une classe manque à l’organisation scolaire de la commune, apporte tout son soutien aux parents qui montrent pour l’heure la fermeté de leurs propos. Coup de théâtre ce même jour à 16 h 30, et preuve que mobilisation et actions servent à quelque chose, même si c'est de façon inattendue ! Une famille installée au Perréon depuis deux semaines a été interpellée par les banderoles déployées devant l'école. Alors qu'ils comptaient laisser leurs deux enfants à l'école de leur domicile précédent, ils ont finalement décidé de les inscrire au Perréon. Un bel acte civique, un miracle aussi, qui viendra conclure définitivement cette mobilisation lorsque les formalités administratives seront faites.

Béatrice Martray

Correspondante locale de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?