AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeLe père s'immole par le feu, son épouse étranglée à Gleizé

Le père s'immole par le feu, son épouse étranglée à Gleizé

Un homme de 44 ans, cadre dans une grande surface s'est donné la mort en s'immolant par le feu dans la nuit de vendredi à samedi.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Le drame s’est déroulé en bordure de la RD 31, non loin de Solutré, où ce père de famille avait arrêté sa voiture. Selon l'AFP et vers 2h15, les pompiers alertés par un automobiliste et aidés par des urgentistes n’ont pas pu secourir la victime retrouvée carbonisée. Les gendarmes ont découvert une lettre qui ne mentionnait pas le meurtre de sa femme. En se rendant vers 5?h?30 au domicile du couple rue de Staël dans le quartier d’Ouilly à Gleizé pour informer l’épouse du suicide de son mari, les gendarmes ont découvert le corps sans vie qui "portait des traces de strangulation". La mort remonterait à vendredi. La jeune mère de famille était âgée 34 ans et exerçait la profession d’assistante maternelle. Vendredi, le mari aurait confié ses trois enfants âgés de 10 ans, 4 ans et 6?mois, à un membre de la famille, chez un beau-frère semble-t-il. Les enfants n'auraient pas assisté au drame. Samedi 17 août, plusieurs questions étaient posées?: que s’est-il passé avant?? Le couple s’est-il disputé?? Le mari aurait-il étranglé sa femme?? La piste d’un drame familial a été évoquée. Mais il faudra alors attendre les suites de l’enquête qui a été confiée à la Sûreté départementale du Rhône. Toujours samedi, la police a procédé à des auditions auprès des voisins et des membres de la famille pour tenter de comprendre ce qui s'est passé. Vendredi matin, des voisins auraient entendu des éclats de voix du couple Barbaret "mais sans plus", nous a confié un habitant domicilié un peu plus loin. Dimanche 18 août vers 9?h?30, trois policiers étaient sur les lieus pour lever les scellés et procéder à des prélèvements. Les voisins les plus proches étaient dehors près de la maison des Barbaret mais, encore sous le choc et visiblement très touchés par le drame, ils n’ont pas souhaité parler à quiconque. Lundi 19 août les policiers de la Sûreté départementale poursuivaient les investigations pour bien étayer les faits. "L'affaire est suivie par le Parquet de Lyon", nous a précisé le service de la SD. Le même jour, les corps de Virginie et Frédéric Barbaret ont été autopsiés. La mort par strangulation a été confirmée. Le père de famille aurait tué son épouse?: "Tous les éléments convergent vers cette hypothèse", a-t-on appris de source judiciaire mercredi. L'enquête se poursuit.

Laurence Chopart


*C'est l'hypothèse la plus probable au moment où nous imprimons.


Le quartier d’Ouilly sous le choc, les habitants de la rue de Staël très touchés

Samedi après-midi, le silence était de mise rue de Staël. La maison aux volets bleu ciel est restée fermée. Le nom n’était pas indiqué sur la boîte aux lettres. Nous ne remarquons personne dans la rue ou presque. "J’ai vu le couple Barbaret main dans la main deux ou trois jours avant", nous confie un des voisins, il se dirigeait vers le Bois Doré avec leurs enfants. Je ne les connaissais pas bien. C’était un couple plutôt discret. A sa connaissance, ils ne faisaient jamais parler d’eux. "Les voisins les plus proches gardaient leurs enfants, ils sont très meurtris par ce drame", ajoute-t-il. Dimanche le couple visiblement très touché, ne souhaite pas s'exprimer. "Nous n'avons rien à dire." Un autre voisin très affecté ne dira rien non plus. Lundi, un habitant de la rue de Staël qui ne connaissait pas bien Virginie et Frédéric Barbaret nous dit qu'il ira voir les voisins les plus proches certainement pour parler, les réconforter. "L'annonce du drame a été pour beaucoup d'habitants très très dur. Il n'y avait jamais d'histoires, M. et Mme Barbaret étaient vraiment très discrets. Pourquoi ce geste, c'est l'incompréhension totale".

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?