AccueilBEAUJOLAISBeaujolais vertClaveisolles : le douglas, roi du Haut-Beaujolais

Claveisolles : le douglas, roi du Haut-Beaujolais

C’est à Claveisolles que sont encore en terre six des douglas plantés par le comte du Sablon en 1872.
Le douglas peut atteindre 100 m de haut.
Le douglas peut atteindre 100 m de haut.

BEAUJOLAISBeaujolais vert Publié le ,

Le plus haut d’entre ces premiers témoins mesure 60 m de haut pour une circonférence de 4,38 m, ils appartiennent aujourd’hui au scieur François Provvedi, qui milite beaucoup pour l’exploitation de cette essence. Ces douglas sont considérés comme les plus beaux d’Europe (en Oregon, leur pays d’origine, ils peuvent atteindre 100 m de haut…). C’était alors un essai, une expérimentation, tentés par celui qui était maire de Claveisolles. Laurent Bonnevay, conseiller général du canton de Lamure-sur-Azergues et président de cette assemblée de 1904 à 1957, a ensuite favorisé la plantation des douglas en Beaujolais vert. Ainsi, après la Seconde guerre mondiale, des plants gratuits étaient donnés aux propriétaires terriens qui ne savaient que faire des friches agricoles laissées par ceux qui avaient choisi l’exode rural, ou dont les terrains étaient trop escarpés pour leurs tracteurs tout neufs.

Le douglas s’adapte à toutes les pentes de terrains, pourvu qu’ils soient granitiques, c’est pourquoi aujourd’hui il représente 70 % des forêts du Haut-Beaujolais, qui, elles, recouvrent l’essentiel des monts. C’est un peu trop, pour les défenseurs d’une biodiversité... Ce bois est utilisé en construction : charpentes, fermettes, mais aussi maisons individuelles à ossature bois, voire même en fustes, rondins non écorcés et assemblés à la manière des cabanes de trappeurs. Droit, sans nœuds, ne nécessitant pas de traitement car résistant aux insectes et au temps, contrairement au sapin qu’il a détrôné, c’est un bois idéal pour la construction et les aménagements. La cabane des girafes du Parc de la Tête-d’Or est en douglas du Haut-Beaujolais ! De plus, il pousse vite, sa maturité est à 60 ans quand pour un chêne il faut attendre 100 ans. Ainsi, c’est vraiment le roi du Haut-Beaujolais !

Article tiré du supplément Les 100 lieux en Beaujolais - Val de Saône édité en 2018.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?