AccueilACTUALITESLe corbeau qui défia Saint-Etienne-la-Varenne

Le corbeau qui défia Saint-Etienne-la-Varenne

Entre 2007 et 2008, un mystérieux tagueur émeut le Beaujolais en s'attaquant au maire de Saint-Etienne-la-Varenne.
Le corbeau qui défia Saint-Etienne-la-Varenne

ACTUALITES Publié le ,

L'histoire commence à la fin du mois de juillet 2007. Michel Lapalu, à l'époque maire de Saint-Etienne-la-Varenne, est pris pour cible après avoir apporté son parrainage à Jean-Marie Le Pen avant les élections présidentielles. Des croix gammées et des insultes dégradent son mur avec de la bombe de peinture rouge. Ce corbeau, à l'aide d'une lettre anonyme, menace le maire. Ce dernier lui adresse une lettre, que Le Patriote publie.

"Je sais que vous lisez ce journal"

"Je sais que vous lisez ce journal, alors venez discuter avec moi" écrit le maire au corbeau de Saint-Etienne-la-Varenne. La réponse ne se fait pas attendre. Début 2008, l'entourage du maire est ciblé partout dans le village (Caserne des pompiers, cuvage, cadole dans les vignes...) et la fête des conscrits est gachée par un immense tag "Bienvenue au village des 350 nazis" inscrit sur un long mur. Certains habitants proposent de surveiller les ruelles à la tombée de la nuit.

Corbeau démasqué, mystère envolé !

Pourtant, quelqu'un a la conviction de reconnaître l'écriture du taggeur. Un homme originaire de la commune, 51 ans à l'époque, est interpellé. Il avoue les faits. Le corbeau est démasqué, Saint-Etienne-la-Varenne peut respirer. La justice ordonne 18 mois de sursis et plusieurs dizaines de milliers d'euros pour cet individu qui prétent avoir agi contre des élus qui l'auraient délaissé, mis à l'écart de la société.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?