AccueilACTUALITESLa télécardiologie : un système en pointe

La télécardiologie : un système en pointe

C'est une petite révolution à l'hôpital Nord-Ouest de Villefranche pour le suivi médical des patients porteurs d'un stimulateur cardiaque (pacemaker) ou défibrillateur équipés de la fonction télécardiologie. En effet, il est possible de vérifier quotidiennement l'état du rythme cardiaque et de l'appareil implanté et cela depuis une box via un central. "L'appareil implanté est équipé d'un émetteur (1)*.

ACTUALITES Publié le ,

C'est une petite révolution à l'hôpital Nord-Ouest de Villefranche pour le suivi médical des patients porteurs d'un stimulateur cardiaque (pacemaker) ou défibrillateur équipés de la fonction télécardiologie. En effet, il est possible de vérifier quotidiennement l'état du rythme cardiaque et de l'appareil implanté et cela depuis une box via un central.
"L'appareil implanté est équipé d'un émetteur (1)*. Celui-ci émet tous les jours et généralement la nuit des informations sur le cœur du patient et le fonctionnement cardiaque au transmetteur appelé le cardiomessenger (2)", explique Nicolas Collet, ingénieur et responsable commercial à Biotronik, fabricant de pacemaker et de défibrillateur. Le cardiomessenger collecte toutes les informations qui lui sont fournies par l'appareil implanté et les transmet automatiquement, sous forme de messages codés, via une liaison de téléphonie mobile (3) au centre de service (4).
Les messages sont alors décodés et mis à disposition du médecin traitant sur un site internet protégé et peuvent être ainsi transmises sur le portable du médecin (5).
"Ce système permet à la fois d'agir préventivement, d'assurer un suivi régulier, de vérifier si l'appareil est implanté de manière optimale et de contrôler entre autres que le matériel fonctionne", indique Olivier le Vavasseur, chef du pôle cardiologie à l'hôpital de Villefranche et responsable du suivi de ce système.
"Le suivi des patients détenteurs de ces appareils passe à une fois par jour au lieu d'une fois par an. Il est normalement assuré lors de consultations spécialisées parfois rendues difficiles pour les personnes très âgées obligées de se déplacer, d'où l'utilité de ce système" poursuit le cardiologue. "La télécardiologie n'empêche pas les consultations spécialisées. Elles sont même recommandées une à deux fois par an, selon les pathologies."
Les appareils fonctionnent dans tous les pays et sont opérationnels à tous moments.

Un service dédié à l'hôpital nord-ouest

A l'hôpital Nord-Ouest, une équipe d'infirmières est dédiée au suivi des patients et à la gestion des cardiomessengers. Le médecin se connecte sur le site sécurisé pour voir le détail de l'événement. Il peut alors détecter les signaux urgents : arythmie ventriculaire, usure de la pile, indicateurs d'insuffisance cardiaque, etc.
Il existe en France plusieurs marques de fabricants de prothèses implantables en cardiologie et qui sont en mesure d'apporter un accompagnement à domicile. L'hôpital de Villefranche gère quatre sites sous la houlette de Mylène Reynaud, infirmière responsable du suivi. Elle surveille les quatre sites qui tournent, dont celui de Biotronik qui était le premier à Villefranche. "Je préviens tout de suite le cardiologue si je lis des alertes."
Une centaine de patients bénéficient de ce service à l'hôpital Nord-Ouest et devraient être de plus en plus nombreux au vu du vieillissement de la population.

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?