Fermer la publicité

La région va continuer à attirer de nouveaux habitants

le - - Territoires

La région va continuer à attirer de nouveaux habitants
(© Franck Chapolard)

Quelques chiffres suffisent à mesurer l'ampleur du phénomène.

Entre 1999 et 2010 (dernière population légale INSEE disponible), Liergues est ainsi passée de 1?337 à 1?869?habitants (+ 40?%), Belleville de 5?840 à 7?916 habitants (+36?%), Fareins de 1?684 à 2?137 habitants (+ 27 %), Anse de 4?744 à 5?927 habitants (+25?%), Le Bois-d'Oingt de 1?823 à 2?242?habitants (+ 23 %). On pourrait citer bien d'autres exemples. Le phénomène a également concerné des communes plus rurales. Saint-Didier-sur-Beaujeu est ainsi passée sur la même période de 402 à 646 habitants : + 61 %. Si on ajoute les très fortes croissances de population constatées dans les communes de l'Ain proches du Val de Saône, le dynamisme démographique de notre région ne fait aucun doute.
La croissance affichée par Villefranche en dit long sur cette tendance : + 5?000 habitants en dix ans ! "Avec 1,3 % de croissance en moyenne chaque année, Villefranche affiche l'un des taux parmi les plus élevés du Rhône. La population augmente à un rythme deux fois plus élevé que la moyenne française, mais aussi bien supérieur à la moyenne Rhône-Alpes", commente Jerôme Harnois, directeur régional adjoint de l'INSEE. "Plus que le solde migratoire, ce qui fait vraiment le dynamisme démographique de Villefranche, c'est sa très forte natalité." En résumé, on s'installe dans la région pour fonder ou élargir une famille.

Appuyer sur le frein

"L'agglomération lyonnaise constitue un énorme aspirateur à population", délivre Michel Sénelet, chef de projet du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) et l'un des meilleurs connaisseurs du territoire Beaujolais Val de Saône. Le SCOT Beaujolais rassemble cent trente-cinq communes, qui seront réunies à partir du 1er janvier 2014 dans seulement cinq intercommunalités. A l'est, c'est le SCOT Val de Saône Dombes qui doit encadrer le développement du territoire, objectif assigné à ce "super document d'urbanisme".  M. Sénelet revient sur cette vocation. "Le SCOT est là pour réguler, car si on laisse faire le marché, certaines communes risquent de se retrouver exsangues sur le plan financier. Car il faut investir dans des infrastructures municipales, et ensuite assurer l'entretien. Certains élus l'ont compris et veulent appuyer sur le frein." A plus petite échelle, les documents d'urbanisme tentent de gérer la pression urbaine. "On a verrouillé partout, la démarche inter-SCOT permet de canaliser le développement autour de la métropole lyonnaise", souligne M. Sénelet.
Après des années de développement parfois inconsidéré en lisière des centres-villages (plus de la moitié des constructions en dehors des pôles urbains au milieu des années 2000), l'heure semble donc à la modération. Mais l'urbanisation du Beaujolais Val de Saône va se poursuivre dans les villes. Plusieurs dizaines de milliers d'habitants devraient encore arriver dans la région à l'horizon 2030.

Quels projets de territoires ?

Encore faut-il que le développement économique suive. "Il va falloir que le Beaujolais Val de Saône s'accroche à Lyon, en tout cas au pôle métropolitain. Mâcon ou Bourg-en-Bresse affirment aujourd'hui appartenir à la métropole lyonnaise et Villefranche ou Belleville n'en feraient pas partie ?", s'interroge M. Sénelet. "Dans les faits, si on regarde les échanges quotidiens, le Beaujolais Val de Saône fait déjà partie de la métropole lyonnaise."
Pour que l'afflux de population continue à être un atout pour le territoire, il faudra aussi que les élus acceptent d'enlever les barbelés qu'ils dressent autour de chaque intercommunalité. Afin d'imaginer tous ensemble de grands projets de territoire pour accompagner le mouvement démographique.

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer