AccueilACTUALITESCultureLa France de Raymond Depardon

La France de Raymond Depardon

"On trouve beaucoup livres sur les régions, mais par sur les territoires, la question que je me suis posée est : est-ce que l'on vit dans un territoire qui veut dire quelque chose??", a fait remarquer Raymond Depardon lors d'une conférence de presse à Lyon.

ACTUALITESCulture Publié le ,

"Pour moi il y a trois sortes de France : la France du centre-ville avec ses commerces franchisés et ses parkings, la France des banlieues, la France des petites villes et des petits villages. La France que je voulais photographier, c'est celle d'où je viens, celle du Tour de France, des ronds-points et des villages ou moyennes villes, avec des petites zones industrielles ou urbaines qui se ressemblent toutes et qui sont très peu photographiées." Raymond Depardon ne voulait pas photographier "l'agriculture" mais cette France de l'intermédiaire. Il a souhaité aller dans les régions qu'il ne connaissait pas comme le nord-est et le sud-est. "Partout où je suis allé, j'ai été séduit par les gens qui avaient envie d'y vivre, nous a confié Raymond Depardon. Les hommes politiques ne voient ces gens-là que pendant les périodes électorales. Je ne voudrais pas qu'on laisse ces territoires à des mouvements extrémistes."
Il est parti dans l'idée de faire une photo subjective. "L'intérieur de la boîte, c'est l'intérieur de la France", dit-il.
A quelques exceptions près, ce sont des lieux vides avec peu de silhouettes et de portraits que Raymond Depardon photographie : des bar-tabacs, des cafés, des cinémas, des bureaux de poste, des sandwicheries, etc. "Les gens c'est pour le cinéma, en photo j'ai toujours l'impression de les faire pauser, ce n'est pas authentique", fait remarquer le cinéaste. "S'il photographie une maison à l'architecture des plus banales, c'est non pas pour dénoncer le système du lotissement mais en vertu de la tonalité rose chewing-gum du crépi et de l'étonnant entrelacs de signes peints sur l'asphalte", écrit Anne Biroleau, conservateur général au département des estampes et de la photographie à la Bibliothèque nationale de France. "Raymond Depardon s'intéresse à cette zone intermédiaire qui n'est ni la ville, ni la campagne. Il importe moins de repérer au premier abord le lieu d'origine, que de s'arrêter devant le paysage muet, de lire en quelque sorte pour elles mêmes les richesses géographiques du pays, d'approfondir la représentation du paysage en photographie, son échelle, sa substance, comme questions en soi", poursuit Anne Giroleau.
Le premier mouvement de l'exposition présente quarante-quatre tirages argentiques en couleur de très grand format 1,60x2?m), soit une sélection inédite des travaux réalisés dans une vingtaine de régions. Les travaux sont présentés sans légende : "Les gens se jettent toujours sur les légendes, mon idée est qu'on se laisse aller, commente Raymond Depardon. Le visiteur sera avant tout confronté à la question de la représentation du monde".
Les régions visitées par Raymond Depardon entre 2004 et 2010, souvent à plusieurs reprises et à différentes saisons, sont entre autres : Rhône-Alpes, Alsace, Champagne-Ardennes Auvergne, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Bourgogne, Languedoc-Roussillon, Bretagne, Centre, Franche-Comté, etc. Dans le second mouvement du parcours est montré un foisonnement de documents de travail témoignant des diverses phases du projet 2004-2010.
Dans une autre salle le passage entre les deux parties de l'exposition comporte un rappel de toutes les images accompagnées cette-fois ci de leur légende.

Laurence Chopart


La France de Raymond Depardon : exposition photographique à l'Hôtel de la Région Rhône-Alpes, 1 esplanade François-Mitterrand, Lyon-2e, jusqu'au 2?mars 2013 du lundi au samedi de 10?h à 19?h.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?