AccueilACTUALITESPolitiqueLa fête sur fond de sécheresse

La fête sur fond de sécheresse

Les agriculteurs du Rhône se sont retrouvés à Cublize tout au long du week-end au lac des Sapins, alors que la sécheresse était au centre des préoccupations.
Ivan Bouchier, le préfet délégué pour la défense et la sécurité, autour des représentants du monde agricole à Cublize.
David Duvernay - Ivan Bouchier, le préfet délégué pour la défense et la sécurité, autour des représentants du monde agricole à Cublize.

ACTUALITESPolitique Publié le ,

Avant la rentrée, le grand public n'a pas manqué d'assister à la grande fête agricole du Rhône, samedi et dimanche derniers. Un rendez-vous marqué par l'organisation du concours de labour des Jeunes agriculteurs et des différents concours d'élevage. "Nous avons rarement vu autant de jeunes préparer cet événement et prendre part à ces concours d'élevage. C'est dans la continuité des fêtes que nous avons organisé par le passé", s'est félicité Pascal Girin, président de la chambre d'agriculture du Rhône.

Mais dimanche matin, lors de l'inauguration en présence d'élus parlementaires et des collectivités, Pascal Gouttenoire, président de la FDSEA du Rhône, a affiché une mine moins réjouissante : "Est-ce qu'on aura une nouvelle édition de cette fête à l'avenir ? Car on ne sait pas s'il y aura encore des agriculteurs demain. Le monde agricole est très inquiet et se pose la question de savoir si le gouvernement veut encore de l'agriculture française."

"Totalement impuissants"

Comme pressentis, les échanges entre représentants de l'État et élus parlementaires et des collectivités locales ont rapidement viré vers la sécheresse, et ce malgré les récentes précipitations, insuffisantes néanmoins pour compenser le manque d'eau de ces derniers mois. "Si l'on veut que l'agriculture perdure dans le département du Rhône, il faut absolument que les choses changent, que les lois sur les cours d'eau évoluent, a réclamé Didier Barras, président de l'union des éleveurs d'Amplepuis-Thizy. Ce ne sont pas les bureaucrates, ni les écologistes qui détiennent la vérité, ce sont nous, les agriculteurs, qui sommes sur le terrain tous les jours et constatons que la sécheresse prend chaque année un peu plus d'ampleur. Nous nous retrouvons totalement impuissants, alors que nous avons les idées pour remédier à ces épisodes de sécheresse. Nous devons pouvoir construire des dizaines de retenues collinaires pour abreuver nos animaux et irrigue nos cultures. Notre objectif ? Dans cinq ans, nous aimerions revoir couler l'eau toute l'année autour de nos exploitations."

"Conscient que les projets de retenues collinaires en phase de réflexion ou de travaux rencontrent des difficultés vis-à-vis de la législation européenne", le préfet délégué pour la défense et la sécurité, Ivan Bouchier, a assuré que "la France doit trouver le bon moyen pour créer ces retenues dans le respect des règles, en accord avec l'Europe."

Le représentant de l'État a également été interpellé sur l'application de la loi EGalim 2. "On espérait que le gouvernement joue le rôle de gendarme. Mais ce dernier a dû partir à Saint-Tropez car il n'est pas là aujourd'hui, a glissé sur le ton de l'humour Pascal Gouttenoire. Les GMS ne jouent pas le jeu. Il faut leur tirer les oreilles, comme quand un élève dans une classe ne respecte pas les consignes. On attend de l'État qu'il soit facilitateur de cette loi EGalim 2."

Lancer le diaporama19 photos

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 06 octobre 2022

Journal du06 octobre 2022

Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?