AccueilLOISIRSCôté spectacles"La Faute", pièce inspirée de la tempête Xynthia qui a dévasté le littoral vendéen en 2010 au théâtre de Villefranche mercredi

"La Faute", pièce inspirée de la tempête Xynthia qui a dévasté le littoral vendéen en 2010 au théâtre de Villefranche mercredi

"La Faute" s’efforce de mêler dans un même récit plusieurs dimensions : notamment celui d'une catastrophe inouïe, qui a marqué une société entière et l’enquête qui a conduit à incriminer les responsables de l’urbanisation du littoral.
Au plateau, cinq comédiens pour une trentaine de rôles. Cette pièce sera présentée mercredi 30 novembre à Villefranche.
@ Jean-Louis Fernandez - Au plateau, cinq comédiens pour une trentaine de rôles. Cette pièce sera présentée mercredi 30 novembre à Villefranche.

LOISIRSCôté spectacles Publié le ,

A l'origine de "La Faute" il y a la tempête Xynthia, la tempête la plus meurtrière survenue ces dix dernières sur la côte atlantique française."Alors pour nous, c'est devenu le point de départ d'une enquête sur les bouleversements climatiques qui questionnent à la fois ceux qui les provoquent et ceux qui les subissent", soulignent Angélique Clairand, co-metteuse en scène et comédienne, Eric Massé co-metteur en scène et comédien, et François Hien, auteur. "Deux histoires se déroulent en parallèle, celle résiliente d'une association qui réunit des sinistrés, des victimes, des lanceurs d'alerte, puis celle de la partie adverse et des médias qui vont osciller entre compassion et dénigrement".

Une nuit, en février 2010, le "petit paradis" de la Faute-sur-mer envahi par les eaux devient la "cuvette de la mort". Après le choc face aux promesses de reconstruction qui succèdent aux discours de solidarité nationale, les sinistrés, les médias et l'opinion publique se divisent : ce drame à qui la faute ?

LA GENESE DU SPECTACLE

"Au départ, Eric Massé et moi-même avons eu envie de proposer* un spectacle sur les bouleversements climatiques, nous a confié Angélique Clairand. Mes parents avaient une maison à la Faute-sur-Mer. Agriculteurs à la retraite, ils n'ont jamais pris de vacances et rêvaient d'avoir une maison juste à côté de la mer. Ils ont donc entrepris d'acheter une maison dans un lotissement dans cette commune. On se disait : "S'il y a un lotissement à cet endroit, cela veut dire qu'il n'y a pas de problème !"

"PARLER DE CE DRAME À HAUTEUR DE FEMMES ET D'HOMMES QUI ONT VÉCU CETTE CATASTROPHE"

Sauf qu'au moment de la tempête Xynthia et dans cette "cuvette" il y a eu… 29 morts. J'ai alors dit à Eric Massé : "Moi qui aie vécu de près cette tempête, puisque mes parents avaient une maison, heureusement ils n'y étaient pas cette nuit-là, il faudrait que l'on parle de ce drame et des bouleversements climatiques à hauteur de femmes et d'hommes qui ont traversé cette catastrophe. Nous connaissions bien l'écriture de François Hien. Pour nous c'était le meilleur auteur qui pouvait écrire cette histoire".

LES METTEURS EN SCÈNES ET L'AUTEUR RENCONTRENT UN CLIMATOLOGUE ET DES LANCEURS D'ALERTE

Eric Massé, François Hien et Angélique Clairand ont rencontré des survivants et sinistrés de cette tempête, et aussi un climatologue, spécialiste des submersions marines côtières, ainsi que des lanceurs d'alertes.

© J.L.Fernandez.

Portant la parole de survivants, d'avocats et de lanceurs d'alerte, cinq artistes incarnent dans cette pièce une multitude de personnages mêlant trajectoires singulières, réflexion sociétale fruit d'une enquête menée par Angélique Clairand, François Hien et Eric Massé sur la côte atlantique après les ravages de la tempête. "La Faute" met en scène aussi une vibrante expérience de résilience collective. "C'est cela qui nous a beaucoup marqués quand on a interviewé toutes ces personnes", ajoute Angélique Clairand.

A QUI LA FAUTE ?

"On a appelé notre spectacle "La Faute" car très vite s'est posée la question : "A qui la faute ?", poursuit Angélique Clairand. Est-ce le maire qui était responsable, l'État, le promoteur immobilier. Aux habitants qui ont voulu habiter trop près de l'eau et ont perdu la notion du danger et du risque ? Il y a eu un procès suite à ce drame qui a été fortement médiatisé".

La pièce commence juste avant la tempête au moment où les lanceurs d'alerte préviennent qu'en cas de submersion il y aura de gros risques. "Elle se termine au moment de la fin du premier procès. On suit le parcours de ces lanceurs d'alerte et de l'association des victimes". Ce spectacle invite à la réflexion, interroge nos rapports aux autres et participe à éveiller les consciences écologiques et citoyennes.

*Angélique Clairand et Eric Massé sont comédiens, metteurs en scène et directeurs du théâtre du Point du Jour à Lyon.

MERCREDI 30 NOVEMBRE À 20 H AU THEATRE, PLACE DES ARTS. TEL 04 74 68 02 89 ; réservation en ligne :billetterie@theatredevillefranche.com

DES PLACES SONT ENCORE DISPONIBLES

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?