Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

L'INAO menacé à Villefranche : les terroirs locaux en danger

le - - Viticulture

L'INAO menacé à Villefranche : les terroirs locaux en danger
(© Franck Chapolard)

Le Beaujolais sera-t-il la victime collatérale d'une réforme à l'échelle nationale ? L'Institut national de l'origine et de la qualité, le célèbre INAO, a en tout cas placé son antenne de Villefranche sur la liste des sites à rayer de la carte.

Dix bureaux régionaux sur vingt-cinq devraient fermer leurs portes à moyen terme, principalement dans une logique d'économie (lire par ailleurs). Une première après des décennies de développement. La présence de l'INAO en Beaujolais est historique, le site de Villefranche ayant été l'un des premiers à ouvrir en France après-guerre. C'est donc un véritable coup de massue qui est asséné sur la tête de la dizaine d'employés basés "ZAC du Martelet", et par extension sur la viticulture beaujolaise. Ingénieur "terroir et délimitation" et représentante du personnel, Emilie Leveau-Vignal voit dans ce projet de réforme "la négation même du Beaujolais". Les agents caladois peinent à en comprendre la logique même. "Nous sommes les premiers à dire qu'on peut simplifier et améliorer l'outil. Mais la réponse passe-t-elle par la fermeture de sites ? Nous ne sommes pas d'accord avec cette vision." Pas facile de comprendre en effet que la réponse de l'Etat aux problèmes du Beaujolais passe par la suppression d'un service de proximité. Garants des contrôles liés à l'origine et à la qualité (lire ci-dessous), les agents de l'INAO se présentent aussi comme des amoureux des terroirs beaujolais. "Les techniciens disposent d'une connaissance très précise des lieux et des personnes. Beaucoup sont les mémoires vivantes des appellations beaujolaises. Ce sont aussi des militants, des passionnés du Beaujolais. Même si nos missions font que nous sommes parfois perçus comme des empêcheurs de tourner en rond, cette proximité facilite sans doute les relations avec la région", insiste l'ingénieur de l'INAO. "Le terroir, c'est aussi des gens derrière." Rattachés à Mâcon dans le futur projet, les agents devraient sans doute couvrir jusqu'à la zone alpine, l'antenne de Chambéry étant promise à la fermeture elle aussi. La présence sur le terrain ne semble plus garantie. "Tout le monde ne pourra pas suivre le mouvement. C'est l'incompréhension et la colère. On ne peut pas dire que l'INAO doit jouer un rôle central, ériger les signes de qualité en vitrine s'il n'y a plus personne derrière?!", ajoute-t-elle. Un mois pour bouger Face à la situation, 230 des 270?employés de l'INAO se sont mis en grève mardi, tandis que des représentants du personnel dialoguaient avec le directeur et les présidents des différents organes de l'institut. "Nous avons également été reçus au cabinet du Ministère de l'agriculture mardi", ajoute Emilie Leveau-Vignal. La mobilisation des agents ne peut être déconnectée d'un volet plus politique. Agitant de la main courriers de soutien et argumentaires en forme de lobbying, le directeur du conseil permanent a ainsi clairement indiqué que les pressions politiques locales jouaient à plein. Face à la pression générale, l'instance décisionnaire de l'INAO semble donc vouloir jouer la montre. "La décision finale sera prise dans un mois, entre le 9 et le 15 juillet. Entre temps, des alternatives seront aussi examinées", a communiqué le siège de l'organisme mardi. Un délai très court, mais qui a le mérite d'ouvrir une brèche dans le temps pour sauver le site de Villefranche. "On nous indique que la carte peut encore évoluer à la marge, mais pour l'instant on ne parle pas du tout de Villefranche. Il existe encore un espoir, mais à condition qu'on se bouge", souligne Emilie Leveau-Vignal. "Il faut que les viticulteurs du Beaujolais montrent qu'ils existent !"

 

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer