AccueilSPORTSAutres sportsJulien Toniutti, le motard du Val d'Oingt, dit adieu aux rallyes

Moto Julien Toniutti, le motard du Val d'Oingt, dit adieu aux rallyes

Le spécialiste de la moto a choisi d'arrêter les rallyes, discipline dans laquelle il a été sacré cinq fois champion de France.
Julien Toniutti, le motard du Val d'Oingt, dit adieu aux rallyes

SPORTSAutres sports Publié le , Denis BRUDZYNSKI

Depuis son premier rallye du Beaujolais, avec une moto prêtée, à son dernier, il y a huit jours, en Charente, Julien Toniutti a usé de la gomme sur la plupart des routes de France. Mais il a surtout remporté cinq titres de champion national en sept saisons complètes. L'occasion pour lui de revenir, en quelques mots, sur son parcours et de dessiner les contours de son avenir dans la moto.

Julien, vous avez décidé de raccrocher le cuir et de remiser la moto au garage ?

Non, pas exactement. C'est vrai, le rallye, c'est fini pour moi ! Mais sinon, je vais continuer à rouler. J'aime toujours la moto. Si on trouve les budgets, ce serait top de repartir sur le Tourist trophy (NDLR : course disputée sur l'île de Man). Et j'ai aussi d'autres projets dans d'autres disciplines.

"J'ai vécu des trucs uniques"

Quel bilan tirez-vous de votre carrière en rallye routier ?

Je ne retiens que du bon. Sans le rallye routier, je n'aurais pas eu tout ça. Il y a les titres, les victoires, mais il y a surtout 15 ans de rencontres et d'opportunités. Chaque titre a permis d'ouvrir une nouvelle porte. En 2013, grâce à mon deuxième titre, j'ai pu être sélectionné au Scorpion master, avec tous les meilleurs pilotes moto de toutes les catégories. Ensuite, en 2015, j'ai pu me préparer pour passer à l'étape au dessus et intégrer le cercle fermé des pilotes qui participent au Tourist Trophy. Et il y a eu le Dakar mais aussi des trucs uniques comme les dix-huit mois de collaboration avec le studio KT Racing pour le jeu-vidéo "TT2 2". Je dois beaucoup au rallye. Sans cette discipline, ma vie aurait été vraiment différente. Aujourd'hui, mon duo avec François Speck permet aussi de mettre la lumière sur le handicap à moto, mais aussi sur la discipline. On espère que cela va créer un engouement.

Quels sont vos meilleurs souvenirs en rallye ?

Le premier rallye en 2007, la première victoire en spéciale, le premier titre avec KTM, le premier titre avec Yamaha. Certaines victoires ont eu aussi un goût spécial : le rallye de Corse, car c'est quasi impossible de gagner là-bas pour un pilote non Corse. Le rallye du Dourdou 2017 est aussi un très bon souvenir : 12 scratches sur 12 avec une moto prêtée par un pote, j'en ai encore des frissons. Certaines défaites sont aussi devenues des bons souvenirs. Quand tu perds, il y a toujours une leçon à retenir.

"Transmettre ce que j'ai appris"

Des regrets ?

Oui, forcement. Le rallye du Beaujolais. C'est chez moi et je ne l'ai jamais gagné.. Impensable. Mais comme le dit le proverbe, nul n'est prophète en son pays.

On ne vous verra plus jamais sur un rallye ?

Question piège (rires). Il ne faut jamais dire jamais. Surtout que si tu regardes ma carrière en rallye, je suis parti puis revenu déjà trois fois. Mais là, cette fois-ci, c'est la bonne. Il est temps de laisser la place aux jeunes. Il faut juste que j'en trouve un ou deux bons pour transmettre tout ce que j'ai appris en rallye.

"Une discipline extraordinaire"

Justement, que diriez-vous à un jeune qui veut commencer le rallye ?

Je lui dirai que c'est une discipline extraordinaire. Surement la plus accessible. D'abord tu peux rouler avec la moto que tu veux, en sportive, en super-motard, en roadster et dans la catégorie que tu veux entre les récentes, les classiques et les anciennes. Le montant de l'inscription est raisonnable et vu le nombre de kilomètres que tu fais sur un rallye, tu en as pour ton argent. Le rallye se fait sur route, donc, chaque jour où tu prends ta moto pour aller au boulot, voir des potes, tu peux presque t'entraîner, visualiser des trajectoires, appréhender les changements de grip... Enfin, tu fais la course contre un chrono, pas contre les autres pilotes. C'est assez sain. D'un point de vue du développement personnel, le rallye est une discipline assez enrichissante.

Propos recueillis par Denis Brudzynski

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 30 décembre 2021

Journal du30 décembre 2021

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?