AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 50 : "Une escapade autorisée"

Journal d'une confinée / Jour 50 : "Une escapade autorisée"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Rendez-vous, sueur et grande classe. Épisode 50.
Journal d'une confinée / Jour 50 :
Pixabay

ACTUALITES Publié le ,

Jour 50

Ce matin je me suis réveillée d'humeur guillerette car aujourd'hui, j'avais rendez-vous. J'allais pouvoir sortir de la maison en pleine journée et cette perspective me mettait en joie.

Les tartines avalées, je me suis donc attelée à la confection d'un masque en tissu, car j'allais voir quelqu'un de près. Il fallait me voir, une aiguille et un fil à la main, appliquée comme jamais.

Je devais vraiment lui manquer, c'est lui qui a fait le premier pas et m'a appelée la semaine dernière. Y'a des signes qui ne trompent pas.

Deux mois que nous ne nous étions pas vus ! Huit semaines. 58 jours précisément. La dernière fois me paraît si loin et pourtant je m'en souviens comme si c'était hier. J'étais sortie de chez lui en boitillant, suante et éreintée, mais je savais que j'avais encore besoin de lui.

CONDITIONS IDÉALES

Alors aujourd'hui, quel bonheur de prendre la voiture pour quelques kilomètres. Ce trajet, je pourrais le faire les yeux fermés tant je l'ai souvent effectué.

J'ai profondément savouré ce moment, une échappée en plein jour ne m'était pas arrivée depuis le début du confinement. En plus il faisait beau et chaud, les conditions idéales pour nos exercices physiques.

Car oui, aujourd'hui, j'ai repris LES SÉANCES DE KINÉ. (vous vous imaginiez quoi ?)

Et le petit plus, c'était sans aucun doute le mouchoir en tissu de grand-père assorti de deux vieux élastiques pour le faire tenir sur mon visage.

Vraiment, quel bonheur de renouer avec ces séances de torture rééducation de mon articulation fraîchement réparée, et surtout avec autant de classe.

A.


RELIRE LE JOUR 49

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?