AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 43 : "le 11 mai, c'est décidé, j'ouvre une brasserie-école"

Journal d'une confinée / Jour 43 : "le 11 mai, c'est décidé, j'ouvre une brasserie-école"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Annonces édouardiennes, tournée de masques ou tournée de bières. Épisode 43.
Journal d'une confinée / Jour 43 :
Pixabay

ACTUALITES Publié le ,

Jour 43

Bon, et bien notre périmètre de liberté va s'élargir mais c'est pas encore la fête du slip.

Les enfants insistent pour se porter volontaires et rester en école à la maison. Je comprends, ils n'ont pas que ça à faire : E. s'est lancé dans la confection d'une maquette de cité romaine d'un mètre carré et S. a l'intention de transformer sa chambre en Poudlard, l'école de Harry Potter, à grand renfort de grimoires faits-maison et de déco inspirée de la saga.

Apparemment, en élémentaire les enseignants vont devoir mettre un masque lorsque la distance de sécurité ne pourra pas être respectée. Quand on sait qu'il faut se laver les mains avant et après avoir mis ou retiré son masque pour ne pas mettre de la charge virale de partout, faire la classe risque d'être funky.

CHORÉGRAPHIE ALAMBIQUÉE

J'imagine bien la chorégraphie : remarquer qu'un élève de CP ne tient pas son stylo correctement et galère en écriture, traverser la classe, aller aux toilettes, se laver les mains trente secondes, revenir dans la classe avec les mains propres sans rien toucher, positionner le masque sur son museau, s'approcher de l'élève, l'emmener se laver les mains, revenir en classe sans rien toucher, repositionner les doigts de l'élève sur le stylo, l'emmener se re-laver les mains, soi-même se re-laver les mains, enlever le masque, se re-re-laver les mains, revenir au tableau et on allez, on reprend la leçon les enfants. Heuu, on en était où déjà ?

Imaginez ne serait-ce qu'une heure de cours avec quinze CP plus ou moins dégourdis dans ces conditions. C'est un coup à devenir dingo. Moi je dis que fin mai, c'est pas les services de réa qui vont être débordés, ce sont les hôpitaux psychiatriques.

EUX, ILS AURONT LE DROIT DE SE RASSEMBLER À QUINZE

Et au collège, on donne combien de temps avant que les élastiques du masque obligatoire deviennent des lance-boulettes de papier ?

Enfin bon, on va faire avec et s'adapter, on n'est pas des manches. Y'a juste un truc qui me chagrine, c'est que les gones, ils vont pouvoir être quinze par classe alors que pour nous, les rassemblements seront limités à dix personnes.

Du coup, j'étudie la possibilité de monter une brasserie-école pour pouvoir inviter plus de monde à la fois. On sait jamais, sur un malentendu ça peut passer…

A.


LIRE LE JOUR 44

RELIRE LE JOUR 42

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?