AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 40 : "La quarantaine, toute une histoire !"

Journal d'une confinée / Jour 40 : "La quarantaine, toute une histoire !"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Histoire, héroïsme et pâtisserie. Épisode 40.
Journal d'une confinée / Jour 40 :
Pixabay

ACTUALITES Publié le ,

Jour 40

Quarante jours se sont écoulés, c'est donc la fin de la quarantaine. Ah bah non en fait, encore deux semaines à tirer (au minimum)(moi, tant que je suis pas dehors avec mon pique-nique, je préfère ne pas me projeter).

Avant la pandémie, en gros deux catégories de personnes connaissaient le mot "quarantaine" : les personnes en pleine crise et les passionnés d'Histoire.

Les premiers pouvaient évoquer le démon de midi, une remise en question de leur carrière, ou quelques anecdotes mêlant déprime et irritabilité, youpi c'est la fête.

L'EXEMPLE D'EYAM

Quant aux seconds, ils racontaient avec passion le drame d'Eyam, survenu il y a 355 ans. Ce petit village d'Angleterre s'était héroïquement auto-confiné après la découverte d'un cas de peste, afin de protéger le reste du pays. Et ils réussirent !

En établissant eux-mêmes une ligne infranchissable autour du village, symbolisée par des pierres et en restant isolés quatorze mois, il empêchèrent l'épidémie de se propager.

Moi je suis curieuse de savoir comment les historiens vont définir notre situation dans les livres de l'an 2375. Pour la dénomination, je propose le "confinement en CDD renouvelable à l'infini" ou "mesures exceptionnelles d'aplatissage de la courbe que finalement y'a quand même plein de monde qui a mouru". Et pour la description, j'hésite encore mais à mon avis, ce sera surement la version héroïque qui sera retenue.

QU'EN DIRONT LES HISTORIENS ?

On racontera que les Français étaient en "guerre" (contre un virus qui vit sa vie de virus). Il y aura des interros sur la façon dont nous avons tous participé à "sauver des vies" (en restant chez nous) et des encadrés sur les pénuries de farine, d'oeufs, de masques et de gel désinfectant (mais rien sur la ruée sur le papier wc parce que quand même c'est trop la honte).

La "libération" sera documentée avec des vidéos témoignages de célébrations de joie et de familles qui se retrouvent.

Et puis un jour, mes arrière-arrière-arrière-arrière-petits-enfants tomberont sur mon journal de bord et demanderont "mais en fait, notre arrière-arrière-arrière-arrière-grand-mère, elle a surtout mangé de la brioche en regardant la télé, non ?". Et ils auront raison.

A.


LIRE LE JOUR 41

RELIRE LE JOUR 39

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?