AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 36 : "Ces faits divers qui montrent que le confinement rend dingo"

Journal d'une confinée / Jour 36 : "Ces faits divers qui montrent que le confinement rend dingo"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Faits divers insolites, deuxième degré et Gendarme de Saint-Tropez. Épisode 36.
Journal d'une confinée / Jour 36 :

ACTUALITES Publié le ,

Jour 36

Chaque jour, je lance des requêtes telles que "coronavirus insolite" ou "fait divers insolite confinement", histoire de rigoler deux minutes. Même si globalement l'actualité n'est pas bien marrante, j'arrive parfois à dégoter quelques perles. Sélection du jour.

Au début de la crise, les gendarmes de l'Ardèche proposaient de tester la marijuana en se rendant dans leurs locaux avec la drogue et l'identité de la personne qui la vend. Bon, malheureusement, ce qu'on appelle la "team premier degré" a eu raison de leur publication sur les réseaux sociaux.

TEAM PREMIER DEGRÉ

Ça me rappelle la fois où, constatant une série d'erreurs sur un de mes documents, j'avais lancé "faut que j'arrête de boire, moi…" et qu'une collègue était gentiment venue me proposer son soutien. Bref, la team premier degré a des représentants partout, il faut composer avec…

Après, on peut aussi se demander si ce n'est pas un juste retour des choses, cette histoire de deuxième degré qui ne fait pas rire tout le monde. Peut-être qu'eux-mêmes n'ont pas non plus perçu le deuxième degré dans ce fait-divers (dé)culotté ? Comme dit le philosophe, la routourne, elle finit toujours par tourner.

ÉNERGUMÈNES ET HURLUBERLUS

Mais bon, quand il faut composer au quotidien avec des énergumènes qui se fabriquent des masques avec n'importe quoi ou bienqui finissent par les manger, on peut comprendre qu'ils perdent le sens de l'humour.

Pourtant, toutes les interventions ne se ressemblent pas. Ils tombent parfois sur des scènes croustillantes (sûrement un couple inspiré par leurs homologues de Toulouse, verbalisés pour la même raison en mars), mais aussi un hurluberlu créatif ou un papy dur à cuire voire un olibrius carrément coriace.

Quoi qu'il en soit, plus le temps passe, plus on s'éloigne de l'image du Gendarme de Saint-Tropez, si tant est qu'elle ait jamais existé… Mais qui nous dit que ce n'est pas cette scène inoubliable qui a déclenché la vocation de contrôler les attestations ?

A.


LIRE LE JOUR 37

RELIRE LE JOUR 35

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?