AccueilACTUALITESJournal d'une confinée/Jour 35: "Si j'avais choisi les titres du concert One world together at home"

Journal d'une confinée/Jour 35: "Si j'avais choisi les titres du concert One world together at home"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Chansons françaises, chorégraphies et playlist qui tue. Épisode 35.
Journal d'une confinée/Jour 35:

ACTUALITES Publié le ,

Jour 35

Dans la nuit de samedi à dimanche, des tas d'artistes ont participé au concert "One world, together at home". Confinés comme le reste du monde, ils ont interprété leurs tubes avec les moyens du bord en se filmant parfois avec leur téléphone. Inspirés, Elton John a choisi I'm still standing (je suis toujours debout) et les Stones You can't always get what you want (on n'a pas toujours ce qu'on veut). Ok, c'est bien mignon mais il y a des chansons qui reflètent un peu mieux le confinement, à mon avis.

L'APÉROBIC

Si j'avais été en charge de la programmation, déjà, j'aurais invité Grand Jojo pour commencer avec Chef, un p'tit verre, on a soif (j'ai vérifié, il est encore en vie) et on aurait enchainé avec un clin d'œil à tous les sportifs de salon avec L'apérobic,morceau de bravoure cultissime des Charlots. Je crois qu'il en reste trois ou quatre encore assez vaillants pour refaire la chorégraphie.

Je suis sûre que mon voisin aurait apprécié, lui qui philosophait hier sur le thème "Nous, dans le temps, on buvait, mais on buvait bon".

Une fois l'échauffement effectué, Gotainer aurait permis aux plus timides de danser le sampa derrière leur écran puis rendu hommage aux enseignants avec poil au tableau tandis que Sabine Paturel se serait montrée solidaire avec les grignoteurs et grignoteuses qui tombent dans le chocolat voire qui pètent un plomb à cause de l'enfermement et Bézu avec les gens qui font la queue devant le marché couvert (oui, il est mort, mais il y aurait bien eu un fan pour dépanner).

ÇA FAIT RIRE LES PANGOLINS

Bourvil nous ayant quitté depuis fort longtemps, j'aurais demandé à quelques malchanceux qui se sont fait verbaliser pour défaut d'attestation de chanter La tactique du gendarme, dont la mélodie datée cache des paroles bien actuelles puis pour leur redonner le sourire, la Compagnie Créole aurait pris la suite avec Ça fait rire les oiseaux adaptée pour la peine en Ça fait rire les pangolins.

Une fois tout le monde dans l'ambiance, histoire de faire ma rebelle, j'aurais balancé à plein volume Big bisousdu regretté Carlos, car le clip est véritablement une anti-ode aux gestes barrières. Et pour préparer les vacances cet été quand on sera déconfinés mais qu'on ne pourra pas sortir du pays, on aurait achevé de retrouver l'insouciance de la France des années 1980 avec La fête au villagedes Musclés.

Parce qu'on peut toujours compter sur moi pour une playlist de qualité.

A.


LIRE LE JOUR 36

RELIRE LE JOUR 34

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?