AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 30 : "Comment on dit confinement en créole ?"

Journal d'une confinée / Jour 30 : "Comment on dit confinement en créole ?"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Passion bizarre, dictionnaire et suppositoire. Épisode 30.
Journal d'une confinée / Jour 30 :
Pixabay

ACTUALITES Publié le ,

Jour 30

Tous les habitants de cette maison me fuient de peur de finir dans la chronique. J'ai donc passé la journée seule dans la bibliothèque, vautrée sur le matelas qui nous sert de lit depuis le début des "travaux" de réfection de notre chambre.

Comme nous sommes abonnés au magazine Géo depuis vingt ans, je n'ai eu qu'à tendre le bras pour saisir le dernier numéro et je me suis plongée dans un article sur les Seychelles. J'ai notamment appris qu'il existe un créole spécifique de ces îles, le Seselwa.

UN FAIBLE POUR LES LANGUES

J'ai toujours eu un faible pour les langues, surtout leurs particularités rigolotes. Par exemple, j'aime bien la façon dont les Allemands nomment tous les animaux ou presque à partir de trois mots : cochon (Schwein), ours (Bär) et animal (Tier). Faites traduire par un collégien si vous en avez un sous la main.

Etrangement, quand je parle de ma passion linguistique à E. et S., ils me renvoient que je suis complètement perchée, eux qui traversent la maison en ski de randonnée sans ski.

Bref. Dans l'article, il y avait un petit glossaire et j'y ai fait des découvertes particulièrement sympathiques. Saviez-vous qu'une "zétwal delo salé" c'est une étoile de mer, que le "kolodan" c'est du nougat et qu'escargot se dit "kourpa" ?

Moi non plus.

USAGE PROCHE DU NÉANT

La plupart des lecteurs auraient souri et tourné la page, moi non. J'ai même passé l'après-midi à chercher d'autres expressions tout autant imagées qui, me connaissant, resteront à jamais dans ma mémoire pour un usage pourtant proche du néant. (Je ne suis pas dingue) (Les tests sont formels).

J'ai donc parcouru des dizaines d'articles de blog traitant des créoles martiniquais, réunionnais et guadeloupéen à la recherche d'expressions truculentes. Ça m'a bien occupée, mais rassurez-vous, je ne vais pas en faire un dictionnaire.

En revanche, ma plus belle trouvaille, je tiens à la partager : à la Réunion, on ne dit pas suppositoire mais "bonbon lafess'". Peut-être que ça passe mieux comme ça… Voilà, maintenant, c'est aussi dans votre tête pour toujours. Ne me remerciez pas.

A.


LIRE LE JOUR 31

RELIRE LE JOUR 29

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?