AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 22 : "Y'a plus de jeunesse..."

Journal d'une confinée / Jour 22 : "Y'a plus de jeunesse..."

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Fraternité, brûlure indienne et code d'honneur. Épisode 22.
Journal d'une confinée / Jour 22 :
Pixabay

ACTUALITES Publié le ,

Jour 22

Quand mes amis me demandent "et avec les enfants, ça va ?", je n'ose même plus leur répondre.

E. se met au boulot tous les matins à 8 h 27. Il se réveille tout seul, se fait couler un café chocolat chaud et allume l'ordinateur pour commencer sa journée de télétravail télé-école. Il envoie des mails à ses instits qui hallucinent. "Oui, E., il fallait bien trouver 19 h 15 pour l'heure d'atterrissage de l'avion à Moscou. Et non, en CM1, on ne tient pas compte du décalage horaire."

RENDEZ-VOUS CHEZ UN SPÉCIALISTE

S. nous demande expressément de baisser la musique pour pouvoir se concentrer sur ses cours et son MOOC de Mandarin. Elle aide E. à rédiger un résumé. et E. en retour l'aide à scanner ses documents, c'est trop mignon. Trop, justement. J'en parlais ce matin avec une amie, j'étais à la limite de prendre rendez-vous chez un spécialiste.

Y'a plus de jeunesse. De mon temps, on faisait des bataille de "si"/"non" avec mon frère. On se fredonnait des petites chansons agaçantes pour se faire enrager l'un l'autre. On se mordait, on se faisait des brûlures indiennes. On ne pouvait pas rester sur le canapé sans que ça parte en bataille de pieds (mais pas de chatouilles) (on avait un code d'honneur). La base, quoi.

UN PROBLÈME RÉGLÉ

Là, ça fait vingt deux jours que je me dis qu'ils ont un problème, à si bien s'entendre.

Heureusement, une embrouille de visionnage de série est venue mettre fin à cette fascinante harmonie. S. a attendu patiemment que E. termine son feuilleton pour réclamer la télé mais E. s'est soi-disant mis à faire du bruit et à brasser de l'air pendant qu'elle regardait sa série, alors ils se sont disputés. EH BAH VOILA ! C'était pas si compliqué de se bouffer le nez comme des enfants normaux ! Ca fait au moins un problème réglé.

Passons au deuxième : S., ta crise d'adolescence, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ?

A.


LIRE LE JOUR 23

RELIRE LE JOUR 21

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?