AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 15 : "Les talents des uns... et des autres"

Journal d'une confinée / Jour 15 : "Les talents des uns... et des autres"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Cookies, Kapla, et trajectoire du soleil. Épisode 15.
Journal d'une confinée / Jour 15 :

ACTUALITES Publié le ,

Jour 15

Je me plais à observer les petits talents des membres de ma famille, ceux qui passaient inaperçus dans la vie d'avant.

Par exemple, S. a la capacité d'apparaître à intervalles réguliers avec une assiette de brioches ou de délicieux cookies pour toute la famille. Talent directement relié à son appétit d'ado sportive et au fait que les gâteaux industriels n'ont pas droit de cité dans cette maison. Ici, si tu veux ton goûter, tu vas te le cuisiner.

De même, E. sait disparaitre dans sa chambre pour exploiter son étonnante mémoire des détails. Il a ainsi passé la matinée à reproduire en Kapla l'unique ligne de tramway de Séville, en Espagne, palmiers et arrêts compris.

Devant mon étonnement, il a cru bon d'ajouter "l'absence de caténaire, maman ! A Séville, seuls les arrêts de tram sont équipés de point de contact pour les pantographes, pour recharger les batteries." Ah. Donc maintenant on utilise des mots tels que caténaire et pantographe sans échauffement ?

LA COURSE DU SOLEIL

J., lui, connait exactement le parcours du soleil dans chaque fenêtre de la maison. Entre 8 h et 11 h, il sait que c'est à celle du rez-de-chaussée qu'il faut prendre son thé pour profiter de la lumière printanière et de la fraîcheur. Ensuite, c'est dans la bibliothèque qu'il m'a conseillée de m'installer, à droite du tapis et fenêtre ouverte "mais seulement jusqu'à 13 h, après faut passer à gauche". La maison n'a jamais été si bien aérée.

Quant à moi, mon petit talent, c'est la gaffe. Et malheureusement, il ne passe pas du tout inaperçu, confinement ou pas. A titre d'exemple, aujourd'hui j'ai cru que je pouvais faire rire, sinon sourire en soulignant l'incohérence pour un enseignant de donner un exercice de français avec un énoncé lui-même plein de fautes.

MAUVAISE BLAGUE

Évidemment, je l'ai fait avec mon style habituel, le sarcasme. Et bien figurez-vous qu'avec un certain nombre d'amis enseignants ou proche de ce milieu, qui s'arrachent pour assurer la continuité pédagogique et qui se sont pris la déclaration de la porte-parole du gouvernement Sibeth N'Diayedans les dents, ma blague est très mal passée.

Tellement mal qu'à un moment donné, j'étais même BIEN CONTENTE d'être confinée. Je plaisante, les amis. Votre talent à vous, c'est vraiment la courtoisie.

A.


LIRE LE JOUR 16

RELIRE LE JOUR 14

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?