AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 14 : "Jalouse, L. témoigne enfin"

Journal d'une confinée / Jour 14 : "Jalouse, L. témoigne enfin"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Re-miaou, re-miaou et re-miaou. Épisode 14.
Journal d'une confinée / Jour 14 :

ACTUALITES Publié le ,

Jour 14

Mais qu'est-ce qu'il m'énerve, mon frère ! Et vas-y que je pavane dans le salon, et vas-y que je prends toute la place sur le coussin… Il a carrément pris le gros museau depuis qu'il a eu sa photo dans le journal.

Il dit qu'on le reconnait dans la rue. Mais quel mytho ! Il ne sort jamais ! Lui qui a peur de l'aspirateur, je voudrais bien le voir au milieu des voitures.

Et puis alors, quel hypocrite. Depuis mon accident, il se moquait bien de moi, de mes pertes d'équilibre et de ma silhouette bancale. Car moi aussi un jour, je suis revenue de chez le vétérinaire avec un truc en moins. Ma queue.

Je l'avais cassée en la coinçant je ne sais où. La légende dit que c'est l'abattant des toilettes qui me serait retombé dessus, une nuit. Mais j'étais trop petite, je ne m'en souviens plus. Bref, je n'ai pas de queue et j'ai appris à vivre avec, supporter le regard des autres, tout ça.

"IL SE PREND POUR UN INFLUENCEUR"

Mais alors depuis qu'il croit être célèbre, mon andouille de frère adore se montrer à mes côtés. Il dit que c'est bon pour sa popularité, de fréquenter un chat en situation de handicap.

C'est qu'il faut le voir faire, quand il décide de se poster à la fenêtre avec moi. Il se prend pour un influenceur qui ferait un tuto "trois astuces infaillibles pour attraper une mouche - l'industrie de l'insecticide le déteste !". Mais ce qui m'inquiète, c'est que mes humains de compagnie commencent à l'imiter.

Depuis une semaine, ils ont installé un grattoir sous l'escalier et ils entraînent leur portée à sauter et s'accrocher dessus. Mais je peux vous dire que quand ils tombent, c'est rarement sur leurs pattes.

DOUBLE RATION DE CARESSES

Quoi qu'il en soit, moi, ça ne me dérange pas que mes humains soient tout le temps là. C'est double ration de caresses et de grattouilles sous le ventre, je ne vais pas me plaindre.

Bon allez, je vous laisse, il y a une panière de linge tout propre oubliée dans le couloir. Je vais vite me vautrer dedans avant que mon frère ne la voie.

L. (oui, j'ai la même initiale que mon frère, c'est un truc de famille)


LIRE LE JOUR 15

RELIRE LE JOUR 13

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?