AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 13 : "Rien ne va plus, faites vos jeux !"

Journal d'une confinée / Jour 13 : "Rien ne va plus, faites vos jeux !"

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Baisse de moral, babyfoot et pop-corn. Épisode 13.
Journal d'une confinée / Jour 13 :

ACTUALITES Publié le ,

Jour 13

Ce matin, l'ambiance était un peu morose. On en a repris pour quinze jours et j'ai terminé les six saisons de Gossip Girl. Fort heureusement nous n'avons pas de malade à déplorer dans notre entourage et il reste Outlander. (Jaimiiiie) (comprendront celles et ceux qui savent) (surtout celles, d'ailleurs).

Je soupçonne aussi J. d'avoir contracté une forme mineure coronavirus. Un peu de fièvre, une sensation de malaise généralisé et depuis quelques jours, un goût amer dans la bouche. Donc vu les symptômes, c'est soit le Covid, soit le mariage.

Pour remonter le moral des troupes, nous avons décidé de jouer un peu en famille après le déjeuner (enfin vers 17 h car on s'est pris une heure dans la vue cette nuit, on n'a rien compris).

CODE SECRET

Première étape : rappel des règles. Ou plutôt de la règle. On ne pleure pas si on perd. (n'est-ce pas, E. ?)

Deuxième étape : on commence par quelques parties de Kems endiablées. Notez que prendre comme code le discret langage de "la denrée" dans la Soupe aux choux ne fonctionne qu'une seule fois. Par la suite, S. et moi reprenons celui que nous utilisions cet été. Nous sommes invincibles.

Troisième étape : une fois échauffés, nous enchainons avec deux ou trois parties de "Président", aussi appelé Trou du c** et que nous avons renommé "Platypus". Ça veut dire ornithorynque en anglais et ça évite de dire des gros mots en public lorsqu'on joue à la terrasse des cafés en vacances. (enfin lorsqu'on jouAIT. Parce que c'est du PASSÉ. C'était le temps de l'INSOUCIANCE).

E. perd.

E. pleure.

DU BEAU MONDE SUR LA PELOUSE

J. décide de lancer une partie de babyfoot (nous avons aussi un jeu de fléchettes) (et un vaste choix de bières) (cette maison est un un pub, en fait). Comme toujours, mon absence de talent provoque l'hilarité générale.

On se croirait sur le terrain : on sue, on crie, on s'encourage, chaque but donne lieu à une célébration… on est à la limite de la "pratique sportive collective", non ?

Fin de journée, le moral repart à la hausse. Je suis d'attaque pour faire éclater du pop corn avant notre treizième soirée télé consécutive. Rien ne va plus, faites vos jeux ? Ah non ! Ici, c'est faites vos jeux, et tout va mieux.

A.


LIRE LE JOUR 14

RELIRE LE JOUR 12

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?