AccueilACTUALITESJournal d'une confinée / Jour 1

Journal d'une confinée / Jour 1

Chaque jour jusqu'à la fin du confinement, une habitante du Beaujolais nous raconte cette expérience dans la quatrième dimension. Discours guerrier, détente verticale et "skype-niversaire", épisode 1.
Journal d'une confinée / Jour 1
DR - Imprimée et collée sur la fenêtre, l'affichette est visible de la rue.

ACTUALITES Publié le ,

Comme tout le monde ou presque, j'ai écouté le Président hier soir à la télévision. Ce que j'ai retenu ? 1) Nous sommes en guerre 2) il faut rester chez soi. Du coup, j'ai imprimé cette image qui circule sur les réseaux sociaux, celle qui dit "Restez à la maison - ça n'a jamais été aussi facile de sauver des vies".

Et je l'ai collée sur la fenêtre. E. m'a dit que ça servait à rien parce qu'on allait fermer les volets dans deux minutes. On est pragmatique quand on est en CM1...

RÉALITÉ PARALLÈLE

Bref, la nuit est passée et ce matin il m'est arrivé ce qui ne m'arrive jamais : je me suis réveillée sans réveil. Des années à appuyer sur "snooze" pour gagner quelques minutes et ce matin, les yeux grands ouverts à 7 h. J'ai donc pu profiter à fond de l'atmosphère indescriptible qui règne autour de moi.

Ça ressemble à un de ces films dans lesquels les personnages sont transportés dans une réalité parallèle. Tout est presque comme d'habitude. Mes voisins continuent à papoter dans la rue, mais à quatre mètres les uns des autres.

Je vais chercher mon pain, mais le vendeur porte un masque et des gants. Je croise une personne, mais je change de trottoir. Je rentre chez moi, mais je désinfecte mes mains et la poignée de la porte dans l'entrée.

POMPES ET FRACTIONNÉ

Côté enfants, ça ressemble à des vacances mais avec beaucoup de devoirs quand même. Cela dit ils sont ravis, eux qui rêvaient de faire l'école à la maison ! Un peu moins quand je les oblige à se lever et à se mettre en tenue de sport pour aller courir et faire de l'exercice.

Le sport, ils aiment, mais au petit matin (comprendre 9 h 18) ils m'accusent de maltraitance. Sauf qu'avec des dizaines de sauts "pour travailler la détente verticale", des pompes et du fractionné, c'est moi qui suis maltraitée. Car oui, S. ma fille chérie (jusqu'à ce jour) a pris les commandes de l'entraînement.

Retour à la maison, douche, travail scolaire chacun à son tour sur mon ordinateur et je peux enfin travailler. A 15 h 30 c'est plié, quelle efficacité ! Si demain ça marche aussi bien, je crois que je vais garder cette organisation. En attendant, un nouvel usage de la vidéoconférence m'attend : le "skype-niversaire" de ma soeur.


LIRE LE JOUR 2

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?