AccueilACTUALITES"J'irai jouer chez vous", une web-série à la rencontre des gens du Beaujolais

"J'irai jouer chez vous", une web-série à la rencontre des gens du Beaujolais

C'est une idée originale, née et réalisée bien avant que la crise sanitaire ne frappe. Celle d'aller à la rencontre d'habitants de la région, et de leur jouer un morceau. Coup de projecteur sur "J'irai jouer chez vous", le documentaire "made in Beaujolais".

ACTUALITES Publié le ,

"L'idée a germé lors d'un voyage à Bali, explique Mouche, auteur-compositeur interprète, originaire de Gleizé. Avec Mathieu (NDLR : Rothwiller), on regardait un épisode de "J'irai dormir chez vous", l'émission d'Antoine de Maximy. Et c'est là qu'on s'est dit qu'on pourrait aller chez des gens leur jouer des chansons".

Les deux amis musiciens sont vite rejoints par Philipp Estermann, documentaliste. Contraints de se faire prêter du matériel audiovisuel, ils parviennent tout de même à se lancer en septembre 2019. Tous les trois partent alors pendant une semaine sur les routes du Beaujolais. "Le concept c'est d'aller à la rencontre des gens, de découvrir leur savoir, leur savoir-faire et de leur jouer une chanson", explique Mouche, avant d'enchaîner : "C'est vraiment partir à l'aventure, se laisser guider par l'instinct".

Trois garçons dans le vent

Les trois trentenaires tournent la journée et montent leur série le soir. En sont nés cinq épisodes, deux portraits, et un bêtisier, en cours de diffusion sur leur chaîne YouTube.

"Aller vers les autres, ce n'est pas naturel, poursuit le musicien. Mais quand tu le fais, c'est hyper positif. (…) Et on a eu la chance de tomber sur des gens très accueillants". Fromagers, vignerons, commerçants ou simples passants, de Bessenay, Charnay ou Theizé, ont donc eu l'occasion d'écouter un morceau de l'artiste Mouche et de rencontrer ces trois garçons, qui ne comptent pas s'arrêter là.

Si la première saison a mis en avant le Beaujolais, une suite est déjà envisagée. Mais tournée vers d'autres horizons cette fois-ci. " On aimerait lancer une campagne de financement pour pouvoir s'acheter du matos. Et l'idée serait d'aller dans d'autres régions". Et pourquoi pas un jour, aller jouer chez Antoine de Maximy.

Plus d'infos sur leur page Facebook.

Aurélien SPÉRANDIO

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?