AccueilACTUALITESEconomieImpôts locaux : la taxe foncière s'envole

Impôts locaux : la taxe foncière s'envole

Le mois de septembre n'est pas forcément celui des bonnes nouvelles pour le budget des ménages.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

2013 ne déroge pas à la règle avec son lot d'augmentations en tous genres, à commencer par les impôts locaux. Futures élections municipales obligent, les taxes d'habitation ne grimperont pas vraiment, sauf rares exceptions. Ce n'est pas le cas de la taxe foncière, orientée à la hausse dans le Rhône comme dans l'Ain. Seule la Saône-et-Loire a opté pour la stabilité en 2013.
Le taux départemental de la taxe foncière a progressé de 16,47?% dans le Rhône, passant de 9,47?% à 11,03 %, ce qui se traduit dans les faits par des hausses d’impôts de 20 à 75?euros par an pour les 650?000 contribuables du Rhône. La mesure devrait rapporter environ 40 millions d'euros de recettes supplémentaires. Cette augmentation est la plus forte constatée en France cette année, loin devant la Seine-Maritime. Avec une augmentation du taux de 9 %, l'Ain apparaît lui aussi dans le top 5 des départements ayant appuyé le plus fort sur le levier fiscal (taux fixé à 13,67 % en 2013 contre 12,54 % en 2012). A titre de comparaison, l'évolution moyenne des taux s'établit à +1,8 % dans l'Hexagone. Et à peine plus d'un département sur trois a procédé à une augmentation cette année.

Sujet sensible

Dans le Rhône, la décision avait été entérinée le 22 mars dernier lors du vote du budget au Conseil général. Sensible, le sujet avait suscité près de deux heures de débats au sein de l'assemblée départementale. Une partie du groupe UMP n'avait pas voté cette hausse, l'opposition socialiste ne prenant pas part au scrutin.
Soulignons toutefois que le Rhône demeure l'un des départements français où ce taux d'imposition est parmi les plus bas du pays, conjonction d'éléments favorables tels que le dynamisme économique, la faible surface géographique ou la forte densité démographique. Ajoutons aussi que cette hausse intervient après six années sans augmentation de la fiscalité perçue par le Département sur les propriétés bâties.
Dans l'Ain, c'est a contrario la deuxième forte hausse consécutive de cet impôt, après une augmentation de 15 % l'année dernière.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?