AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeHuit enfants en fugue à Gleizé : l'histoire se termine bien !

Huit enfants en fugue à Gleizé : l'histoire se termine bien !

Les huit enfants et adolescents qui avaient fugué lundi soir de l'établissement gleizéen "Le Tournesol" ont été retrouvés sains et saufs mardi soir par les policiers caladois.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Ils se trouvaient dans une maison située à deux pas du carrefour rue de Tarare – rue Jean-Baptiste-Martini (Villefranche). "Leur découverte a été effectuée vers 17 h 30 dans une maison abandonnée", nous a indiqué le commandant Vially. "Ils sont en bonne santé. Nous les entendrons ultérieurement sur les raisons de cette fugue", a-t-il précisé.
Le groupe comprenait six garçons et deux filles, âgés de 8 à 14 ans, dont certains particulièrement vulnérables. C'est le témoignage de l'un des fugueurs, finalement rentré chez ses parents, qui a permis aux policiers d'aboutir à la découverte.
En tout cas, on respirait à nouveau mardi soir au Tournesol ! "Nous sommes soulagés. Nous venons de vivre vingt-quatre heures très difficiles", soufflait Didier Wustner, directeur général de l'ADAEAR.
L'association pour les droits et l'accompagnement de l'enfant à l'adulte en Rhône-Alpes gère cette maison d'enfants à caractère social située au 217 rue des Grillons à Gleizé. L'établissement accueille actuellement dix-huit enfants et jeunes en difficulté familiale, souffrant de carences, de maltraitance, souvent placés dans ce lieu suite à des décisions de justice.
Les fugues ne sont pas rares dans ce type d'établissement, comme l'explique Didier Wustner?: "Les enfants n'y sont pas de leur plein gré, et comme pour les parents ce sont des décisions qu'ils vivent difficilement. Ce qui est plus rare, c'est le nombre d'enfants concernés et le très jeune âge de certains".
Brièvement hospitalisés pour y subir des examens, les huit enfants avaient regagné "Le Tournesol" mercredi. Les adultes vont désormais chercher à comprendre les raisons de cette fugue collective. "Il existe des protocoles à suivre, notamment avec des psychologues. Nous allons les écouter, mais aussi leur redire tous les dangers que certaines actions engendrent", conclut M. Wustner.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?