AccueilSPORTSFCVBHervé Della Maggiore : "Un FCVB surmotivé contre Bourg pour l'emporter"

Hervé Della Maggiore : "Un FCVB surmotivé contre Bourg pour l'emporter"

Englué dans la zone rouge, sans toutefois être distancé de la première partie de tableau, le FCVB devra profiter du derby contre Bourg-en-Bresse, ce vendredi pour la 7e journée (19 h 30) pour sortir la tête de l'eau. L'analyse du coach caladois.
Le derby contre Bourg, la bonne occasion pour les hommes d'Hervé Della Maggiore pour lancer une série.
© Franck CHAPOLARD - Le derby contre Bourg, la bonne occasion pour les hommes d'Hervé Della Maggiore pour lancer une série.

SPORTSFCVB Publié le ,

Comment analysez-vous la rencontre de vendredi face au Puy, une fois encore dans un contexte d'expulsions (deux cartons rouges pour les Auvergnats) ?

Il ne nous manque pas grand chose. Sur les trois derniers matchs, on prend deux points sur neuf alors que neuf points, ça aurait été logique. On était supérieurs sur les trois matchs. Mais on n'a pas réussi à convertir nos temps forts alors qu'on encaisse sur nos moindre temps faibles. C'était le cas contre Avranches. Eux marquent sur nos deux temps faibles alors qu'on n'en met qu'un avec de grosses situations. À Martigues, on doit tuer le match, ce qu'on ne fait pas dans un scénario rocambolesque. Du coup ils égalisent alors qu'ils n'avaient pas pléthore d'occasions. Ce week-end, le premier ballon que Lucas Caruso touche, c'est sur le pénalty qu'il doit aller chercher au fond de ses filets. On a eu de grosses occasions derrière, mais il y a toujours quelque chose qui fait qu'on ne marque pas ce deuxième but. On ne peut pas se contenter de ce qu'on a pu faire et produire. Mais on peut quand même l'emporter si ça veut bien tourner dans notre sens. Il y a des signes positifs. On se dit qu'avec un peu plus de réussite, on pourrait gagner sans être mirobolants. Là, on a une série de gros matchs qui arrive. Il faudra faire beaucoup plus pour l'emporter.

Au-delà de l'aspect technico-tactique, est-ce que le rôle d'un coach dans ces moments-là n'est pas davantage d'alléger les têtes des joueurs ?

Non, on n'en est pas là encore aujourd'hui. Tout le monde me dit de garder le moral, mais il est très bon ! Ça fait trois mois bientôt qu'on a repris l'entraînement. Il y a des signaux positifs. On a recruté des joueurs qui se sont bien intégrés au niveau de l'état d'esprit. On sait que la saison est longue et il faudra garder cet état d'esprit pour affronter les mauvais moments, comme les bons. Sur la qualité des recrues, je ne suis pas déçu de ce que je vois aujourd'hui. Maintenant, il faut que ça s'intègre dans ce qu'on demande. On a une ligne d'attaque à reconstruire avec des joueurs qui doivent prendre leurs marques. L'an dernier, sur la première partie de saison, Simon Elisor n'avait mis que quatre buts. Et en deuxième partie, il a enquillé. Quand je suis arrivé au club, c'était pareil pour Segbé. Il faut toujours du temps pour que ça prenne. C'est toujours difficile de changer beaucoup de monde.

Justement, face à ces difficultés offensives, n'attendez-vous pas le retour de Ngom pour trouver des solutions ?

Déjà, je compte sur les joueurs qui jouent. Aujourd'hui, j'ai Idrissa, Claudy, Sofiane et Jocelyn qui vient de reprendre. C'est avec ces quatre là que je veux créer des automatismes à l'entraînement. Il ne faut pas compter sur des joueurs qu'on n'a pas. Je travaille avec eux, à eux de marquer. On verra où en sera l'équipe quand il sera de retour. J'espère qu'il nous apportera, mais surtout qu'avant son retour, on aura marqué des buts.

Vous avez pointé du doigt le rendement défensif de l'équipe ces derniers matchs. Êtes-vous rassuré depuis le match contre Le Puy ?

Oui et non. Sur le bloc, j'ai vu de bonnes choses et de moins bonnes. J'ai montré la différence aux joueurs entre nos bonnes phases et nos mauvaises. Ils ont très vite vu que, quand on a un bloc très compact, c'est plus simple de récupérer le ballon. On peut se projeter en partant de moins loin. J'espère que ça les a impactés. J'aimerais qu'on soit plus réguliers. On l'a fait contre Le Puy, mais pas sur tout le match. Il faut se stabiliser.

On sent que votre équipe est en recherche de clés dans le jeu. Question bâteau : peut-on se servir d'un derby comme celui qui arrive pour relancer la machine ?

Je ne trouve pas que c'est une question bâteau. Elle est légitime. Je pense que ça peut être le match déclenceur d'une série. D'une part pour l'importance par rapport à notre situation vu que nous sommes relégables et d'autre part pour cette notion de derby, avec le monde que ça peut attirer. Tout ça fait qu'on aura un FCVB surmotivé demain pour l'emporter.

Sur quoi va se jouer ce derby ?

L'an passé, on avait préparé quelque chose sur notre avant-dernier match de la saison (victoire 5-1 contre Bourg). On avait joué à quatre. Je pense que, tactiquement, il y aura deux équipes qui se connaissent, avec des entraîneurs qui connaissent bien leur adversaire. Il peut y avoir quelque chose de préparé pour contrecarrer ce que fait l'autre. Déjà, il y aura une part de réussite pour ce match. Après, ça se jouera sur l'énergie et l'envie. Les deux équipes en auront, mais il y aura des détails qui joueront. Une équipe sera peut-être plus crispée que l'autre par rapport à l'enjeu. On est un peu plus dans l'obligation de montrer des choses. On est à domicile et trois points derrière eux au classement. Une victoire nous permettrait de sortir de la zone rouge.

Avez-vous l'impression, en voyant cette équipe de Bourg jouer, qu'ils ont les mêmes failles que vous ? Une fébrilité défensive et cette difficulté à tuer les matchs ?

Oui, après ils ont changé de fusil d'épaule aussi depuis la saison dernière. Ils avaient un groupe très élargi, avec beaucoup de qualité. Ils ont choisi de faire comme nous un groupe plus réduit, composé de joueurs prometteurs. Je trouve qu'aujourd'hui, ils ont un meilleur équilibre. Après, je ne suis pas là au quotidien pour jauger. C'est ce que je ressens de l'extérieur. C'est une équipe qui, sur ses trois matchs à l'extérieur, compte deux victoires. Contre Nancy, je les ai trouvés très cohérents. Châteauroux, j'ai un peu regardé, mais le match a été faussé par deux cartons rouges. Nous à domicile, on compte deux matchs nuls. Aujourd'hui, je pense qu'ils peuvent être les favoris. Ils ont de l'ambition. La nôtre, c'est de se maintenir. Eux n'ont rien annoncé, mais je sais qu'ils veulent vraiment monter. Ce sera bien pour nous de se jauger par rapport à ce genre d'adversaire. Jusqu'ici, on a eu des adversaires normalement abordables. Là, on aura quatre matchs contre des adversaires plus redoutables. Ça nous forcera peut-être à être meilleurs.

Est-ce que les joueurs ont pris la mesure de ce derby ?

Non, je ne l'ai pas ressneit cette semaine. Peut-être que certains en ont un peu parlé. Pour eux, ça reste un match comme un autre. Mais faites-moi confiance : demain, pendant la causerie, je leur donnerai le tempo.

Allez-vous récupérer du monde pour cette rencontre ?

Kévin Renaut devrait intégrer le groupe. On perd Maxime Blanc qui ne sera pas là en raison d'une déchirure aux adducteurs. Jean-Christophe Bouet et Clidis Da Silva sont toujours suspendus. Sinon, ce sera le même groupe que la semaine dernière.

Concernant votre sanction suite à votre expulsion contre Martigues, est-ce que vous en savez plus ?

Non. J'ai fait mon courrier, j'attends la suite.

Concernant la question de l'arbitrage, sans dire s'ils ont tort ou raison sur leurs décisions, n'avez-vous pas l'impression que les arbitres manquent un peu d'empathie et que certaines décisions font basculer les débats dans des rencontres où ça n'a pas lieu d'être ?

Je suis assez d'accord. Ce que j'ai entendu dire à ce sujet, c'est qu'en début de saison, les arbitres ont été briefés sur le fait qu'il y a une refonte du championnat et qu'il s'agit d'une saison avec beaucoup de tensions et de résultat à chaque match. Ils ont donc été formatés à ne rien laisser passer pour éviter que les choses dégénèrent. Mais je pense qu'ils font eux-même dégénérer les matchs de cette façon. On a peut-être été un peu trop convaincant dans le discours. Ça a mis un peu le trouble à tout le monde dans les têtes. Aujourd'hui, on en récolte les conséquences. C'est mon idée.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

Journal du 01 septembre 2022

Journal du01 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?