AccueilSPORTSFCVBHervé Della Maggiore : "J'attends d'autres comportements"

Hervé Della Maggiore : "J'attends d'autres comportements"

A la veille d'aller affronter Chambly et après quatre revers d'affilée depuis le début de l'année, le FCVB n'a plus le choix s'il veut encore rêver aux barrages d'accession à la Ligue 2. Pour l'entraîneur, cela passera par un changement de mentalité.
Hervé Della Maggiore : "J'attends d'autres comportements"
© Franck Chapolard

SPORTSFCVB Publié le ,

Quelle a été la thématique de travail de cette dizaine de jours ?

On essaye de régler nos problèmes. C'est une mauvaise passe. On a besoin de faire prendre conscience aux joueurs ce qu'on fait moins bien qu'auparavant, sans se cherche d'excuses. Par rapport à début de saison, cela tourne rarement en notre faveur comme ça pouvait être le cas en première partie de saison. On ne gagnait pas 3-0 en général, à part justement contre Chambly, mais on ne perd pas 3-0 non plus. On n'est pas surclassés par nos adversaires. Mais il y a des choses récurrentes, surtout en termes d'efficacité sur ces quatre derniers matchs. On n'a jamais ouvert le score alors qu'on a les occasions pour. Là quand on prend un but, on n'est pas capables mentalement de réagir. Si on analyse le match à Concarneau, on a presque plus d'occasions qu'eux, mais on manque d'efficacité. On est moins décisifs dans les deux surfaces.

A quoi devez-vous ces manquements ?

Il y a des comportements défensifs qui me gênent. C'est ce que j'ai pointé du doigt toute la semaine. J'aimerais voir le comportement d'une équipe qui a conscience qu'elle n'a pas encore obtenu les points du maintien. On verra demain. C'est un ultimatum, j'ai tiré la sonnette d'alarme pour montrer que j'avais des attentes. Si je n'ai pas de réponse, il y aura des lignes qui vont bouger.

Cela concerne-t-il avant tout le secteur défensif ?

Pas vraiment. Devant il y a moins d'intensité défensive qu'en début de saison. J'ai souvent loué le travail des deux attaquants. Ils le font beaucoup moins et beaucoup moins bien. Au milieu on manque d'engagement, d'impact et d'agressivité. Aujourd'hui, on pense qu'on va réussir à ne gagner que par le jeu. Mais quand on est moins bien, il faut aussi d'autres arguments.

Peut-être qu'au vu de l'année écoulée, certains se sont dits que bien jouer suffisait et ont oublié les fondamentaux ?

Exact. J'attends une réaction là-dessus. Défensivement, on ne peut pas se contenter de ce qu'on fait en ce moment. Pour moi, on ne peut pas se reposer que sur le jeu. Je sais qu'on est une équipe joueuse et qui aime avoir la possession. Quand on voit que contre Concarneau, on ne l'a pas, il faut avoir autres arguments. On a plus de situations, on rivalise, mais j'attends fermement une réaction pour inverser la tendance. On va aller à Chambly demain. Je peux me contenter d'un match nul, tant qu'on arrête de perdre. J'attends d'autres comportements. Sinon, les sanctions arriveront vite. Même si je n'ai pas 15 000 choix à faire, certains seront peut-être forts.

Les jeunes joueurs arrivés au mercato (NDLR : Florent Da Silva, Malcolm Bokele et Eli Wissa) peuvent jouer leur carte ?

On les a pris pour ça. Flo a fait son premier match et Malcolm est rentré en jeu contre Concarneau. Eli a été blessé, il ne fera pas partie du groupe demain.Ce sont de jeunes joueurs. Il faut qu'ils bousculent la hiérarchie. Je les attends là-dessus, tout comme les jeunes du club. Ils attendent l'opportunité depuis un moment. En première partie de saison, ça tournait bien donc ils n'ont pas eu de temps de jeu. Ils en auront peut-être un peu plus. Mais en tout cas, je vais me baser sur l'état d'esprit. On a vu qu'on avait une équipe joueuse. Quand tout allait bien, ça roulait. Là, il faut que je trouve les joueurs qui me sortent de cette situation-là. Et ce ne seront peut-être pas les mêmes qu'en première partie de saison.

Comment est l'état du groupe pour ce déplacement à Chambly ?

On a pas mal de pépins défensifs. Ce weekend, on n'aura pas beaucoup le choix. Romany est en reprise avec Bonenfant. Ils ont eu pépin musculaire la semaine dernière. Bonenfant est sorti contre Concarneau et Romany a eu une alerte vendredi. Ils reprendront normalement lundi. On a toujours Frédéric Injai de suspendu (NDLR : 8 matchs). On a fait appel et on attend réponse. Nous avons donc Eli en moins qui a repris seulement aujourd'hui. Et sinon Kévin Renaut, bien sûr. Autrement, tout le monde est apte. Sur le début de l'année, je ne cache pas qu'on est dans une phase compliquée. Nous avons beaucoup de malades dans le vestiaire et donc des mecs qui s'entraînent à moitié comme Nirlo, Pagerie et Dabasse. Une petite épidémie d'angines qui a bien touché tout le monde. Il y a aussi le fait de s'entraîner dans des conditions compliquées. On n'est pas logés à la même enseigne que d'autres clubs de National.

On a compris que les joueurs avaient leur part de responsabilité. Est-ce que le système de jeu et les consignes peuvent être également amenés à changer ?

Il ne faut pas tout remettre en cause non plus. Bien sûr on se pose des questions. J'ai assez d'expérience maintenant avec des passages difficiles pour savoir qu'il y a forcément des choses à voir et revoir. Mais dans le comportement individuel des joueurs, je veux voir cette volonté de casser la spirale négative. Je veux le voir à l'entraînement et surtout en match. J'ai des joueurs qui ne sont pas dans cet état d'esprit. Nirlo et Martin ont ça en eux. Je veux qu'on se force à suivre leur exemple.

Concernant Chambly, comment abordez-vous votre match de demain ?

Ce n'est aujourd'hui plus la même équipe que l'on a battue 3-0 en première partie de saison. Sur leur dernier match contre Annecy j'ai vu une équipe intéressante et qui aurait mérité bien mieux que la défaite. Je m'attends à un match difficile. Il faut partir dans l'état d'esprit que nous sommes les derniers du championnat en 2022. Eux sont devant nous, il faut donc qu'on se pose le cul par terre pour rivaliser avec Chambly demain.

Vous parliez des conditions d'entraînement difficiles. On imagine que les infrastructures du club n'aident pas.

A Villefrancghe, c'est très compliqué. On a le synthétique le matin pour s'entraîner quand il n'y a pas les écoles qui l'utilisent et il n'y a pas de salle pour les joueurs. Le club le sait puisque je l'ai fait remonter.Tu ne peux pas te permettre de jouer le haut de tableau en restant comme ça. A Bourg on l'avait fait, mais là il faut que ça bouge.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?