AccueilACTUALITESTerritoiresHaut-Beaujolais : méthanisation, le projet qui divise

Haut-Beaujolais : méthanisation, le projet qui divise

La méthanisation consiste à produire du gaz à partir d'effluents d'élevage (fumier, lisier), éventuellement complétés par d'autres matières organiques, agricoles ou non.

ACTUALITESTerritoires Publié le ,

Les effluents sont entrés dans un digesteur (méthaniseur) à l'intérieur duquel se produit une dégradation de la matière organique par des bactéries. Cela entraîne la production de gaz de méthane et d'un coproduit, le digestat, qui peut ensuite être épandu sur les terrains agricoles en remplacement de l'engrais de synthèse.
Le Ministère de l’agriculture a pour objectif d’installer mille méthaniseurs à la ferme d'ici 2020 afin de développer les énergies renouvelables et aider les paysans à mieux gérer l'azote produite. Le procédé est intéressant, mais suscite aussi des oppositions, y compris chez les agriculteurs ouroutis.
Le méthaniseur d’Ouroux, Grosne Biogaz, concerne dix exploitations agricoles : quatre élevages caprins, cinq bovins, un mixte, tous situés à cinq kilomètres maximum du méthaniseur.
Il emploiera un salarié à plein-temps pour la gestion et le transport des effluents en amont et aval. Pour Vincent Rouzé, l’un des éleveurs caprins installé à Avenas, "l’intérêt de la méthanisation est de capter le méthane de toute façon produit par les effluents d'élevage et qui part dans l'atmosphère, accélérant le réchauffement climatique". L'agriculteur ajoute : "La force de notre projet est d'avoir parmi nous cinq élevages caprins, ce qui a deux avantages : le fumier de chèvre est deux fois plus méthanogène que le fumier de vache, ainsi la rentabilité est a priori assurée". L'enjeu actuel pour Grosne Biogaz est d'augmenter le taux de valorisation de la chaleur produite par le cogénérateur pour que le projet soit subventionnable, tant par l’ADEME que par EDF, qui rachète l’électricité. Il recherche des clients, en somme ! Car la mairie achètera de l’énergie pour alimenter un réseau de chaleur, mais n’absorbera pas toute la production.

Christine Gesse
Correspondante locale de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?