Fermer la publicité

Handball/Coupe de France Régionale - Belleville a son ticket pour Bercy

le - - Handball

Handball/Coupe de France Régionale - Belleville a son ticket pour Bercy
Au terme d'une journée mémorable et à rebondissements, le Beaujolais Val-de-Saône Handball a validé son ticket pour la finale du 25 mai à Bercy. Magique !

A coup sûr cette journée restera à jamais gravée dans les mémoires.

Gravées comme les deux bandes vertes et jaunes affichées sur toutes les joues des supporters et qui, même après les accolades humidifiées par les larmes de joie de certains, s’éterniseront jusque tard dans la nuit. Tel est le résumé le plus symbolique d’une journée à Frontignan pleine d’émotions, quasi identique à la précédente vécue à Neufchâteau dans les Vosges, mais rendue encore plus magique par le gain tant convoité?: une finale de Coupe de France régionale le 25 mai à Paris Bercy. Cette date, les dirigeants l’ont depuis longtemps cochée sur leur agenda, bien avant que la fédération de handball ne la fixe. Elle a sans cesse traversé les esprits du club. "Cette saison, on veut atteindre la finale de la Coupe de France. C’est notre principal objectif avant même le championnat", martelait Jean-Guy Cinquin il y a quelques mois.

Une demi-finale étouffante

Cette soif de finale, les joueurs de Riad Didi l’ont donc transformée en une réalité dimanche dernier. Pour cela, il a fallu à nouveau franchir deux obstacles. Deux rencontres aux scénarios diamétralement opposés et, mis à part l’ordre, très ressemblantes aux 16es et 8es de finales. A Neufchâteau, les verts avaient renversé la situation contre Hoenheim, puis étendu leur suprématie contre une autre équipe aussi alsacienne qu’imprononçable. Cette fois-ci, à Frontignan, ils ont assuré contre Brive avant de s’accrocher à leur rêve jusqu’au bout du temps face à Teyran, club de l’Hérault.
Lors de ce premier match contre Brive, les Beaujolais n’ont pas mis longtemps pour créer la différence. Six minutes, pas plus, ont suffi à Guillaume Fol pour inscrire quatre des six buts de son équipe. Et c’est justement sur cet écart de points que les deux équipes se sont retrouvées après la pause (16-10). Une seconde mi-temps gérée où les joueurs de Riad Didi ont mieux négocié leur repli défensif, principal problème dans le premier acte (sept buts sur dix encaissés en contre). Et enfin la demi-finale contre Teyran. Une opposition intense, irrespirable, presque à couper le souffle, où chacune des deux équipes a connu ses temps forts. Dont un propice aux verts et que les cadres du BVSH, Stéphane Raphanel (neuf buts), Anthony Alacoque (sept buts) et Romain Deveze (cinq buts) ont exploité à merveille. Déjà pour combler un retard de trois buts à huit minutes du terme, avant de conserver ce petit point (26-25) suffisant pour leur grand bonheur. L’entraîneur Riad Didi, très ému, a analysé avec lucidité la performance des siens. "Le but, c’était d’être forts physiquement et psychologiquement. Nous sommes restés concentrés jusqu’au bout. Et même quand on a eu un coup de moue, mes joueurs ont su à nouveau accélérer le jeu. Chapeau !"

David Duvernay
Correspondant local de presse




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer