Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Handball / Coupe de France : l'entraîneur des Violettes n'a pas reconnu son équipe

le - - Handball

Handball / Coupe de France : l'entraîneur des Violettes n'a pas reconnu son équipe
Julien VERCHÈRE - Dragos Mocanu : "Nous n'avons jamais été dans le rythme. En première période, on se fait marcher dessus en défense."

Dragos Mocanu se montrait particulièrement déçu après la défaite en finale de coupe de France samedi après-midi.

Il a eu beau agiter les bras, lever les yeux au ciel, grimacer face aux arbitres et donner de la voix pour encourager ses protégées, Dragos Mocanu n'a pu effectuer que le constat de l'impuissance à la fin d'une partie dominée de bout en bout par une équipe de Rennes-Chantepie qui a réalisé le coup parfait.

"Une finale, ça se gagne... On a rendu une mauvaise copie alors qu'il n'y avait pas de surprise. On s'attendait à ce type de confrontation, on avait décortiqué le jeu de l'adversaire, on avait les solutions. Mais nous n'avons jamais été dans le rythme. En première période, on s'est fait marcher dessus en défense", regrette le coach gleizéen, qui n'a visiblement pas reconnu son équipe.

"On essaie de compenser en attaque, mais on commet des erreurs et nous sommes punis immédiatement. Les solutions étaient claires, mais le ballon n'arrivait jamais où il fallait..."

"PLUS DE JUS QUE NOUS"

Dragos Mocanu explique pourtant "avoir tout essayé en défense, basse, haute, stricte", trouvant quelques premières explications dans une différence de fraîcheur physique. "Elles avaient plus de jus que nous. On était dans le gaz, un peu à l'image de notre fin de saison."

Comme si l'ex-joueur de Villefranche avait perçu la faille ces dernières semaines. Et avant même le coup d'envoi, le risque de cette sortie de piste finale. "Le collectif ne s'est pas toujours entraîné au complet. On fait du handball un peu par correspondance et ça ne marche pas vraiment. On n'a pas retrouvé notre capital confiance avant d'aborder cette finale."

S'il ne veut pas oublier que son collectif a livré "une belle saison", l'entraîneur gleizéen éprouve toutefois une immense frustration. "J'ai l'impression qu'on n'a pas joué cette finale à un niveau digne ce nom. Quel que soit le résultat, je voulais qu'on sorte du terrain sans avoir de regrets. Là, ce n'est pas le cas..."

Julien VERCHÈRE




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer