AccueilVILLEFRANCHEA la uneGrands projets pour l'Hôpital Nord-Ouest

Grands projets pour l'Hôpital Nord-Ouest

L'activité de la communauté hospitalière de territoire est en constante progression. Les patients ne fuient plus vers les hôpitaux lyonnais et reviennent à la proximité des soins.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Les chiffres sont éloquents quant à la bonne santé de l'Hôpital Nord-Ouest : 200 millions d'euros de budget pour près de 1 400 lits et 2 600 salariés, avec un territoire qui compte pas moins de 210.000 habitants. Alors qu'il y a 10 ans on s'interrogeait sur l'avenir de l'hôpital de Gleizé, on est aujourd'hui en train d'asseoir encore davantage sa position stratégique sur le nord de Rhône, avec un projet sur 5 ans dont le montant des investissements devrait dépasser les 120 millions d'euros.

Le jeu en vaut la chandelle : entre 2009 et 2014, le nombre de séjours a augmenté de 48 %. Le positionnement sur l'oncologie se renforce (25 % des patients). Toutes les activités sont présentes, hormis celles relevant des grands partenaires que sont les Hospices civils de Lyon.

L'AMBULATOIRE AU CŒUR DU PROJET

C'est vers une graduation des soins, en fonction des problématiques médicales, qui va être mise en place. En premier lieu, l'ambulatoire va être au cœur des nouveaux dispositifs. "L'Hôpital Nord-Ouest a un taux de soins ambulatoires de 46 %, commente Monique Sorrentino, directrice générale des hôpitaux de Villefranche, Tarare et Trévoux, nous projetons en 5 ans de passer à 56 %".

Une ambition qui va conduire à revoir l'organisation des services, pour placer en étage les services accueillant les patients en hospitalisation conventionnelle et au-rez-de-chaussée les services ambulatoires.

C'est également dans ce cadre que l'Hôpital Nord-Ouest a conclu un accord avec le centre médical Bayère, situé à Charnay. Ce dernier va ainsi déplacer son activité sur le plateau d'Ouilly.

SERVICES REPENSES

"Cela fait partie de la politique de l'Agence régionale de santé de rapprocher les plateaux techniques des soins de suite", précise son directeur DominiqueGindre. C'est la pneumologie qui est entre autres au cœur du partenariat entre les deux établissements.

Sur l'hôpital, de nombreux services vont être repensés. Ce sera le cas pour l'oncologie ambulatoire, aujourd'hui coincée dans une structure peu confortable, avec 24 places dédiées sur 670 mètres carrés. Un plateau technique de rééducation va aussi voir le jour, avec un accent mis sur la kinésithérapie et la réadaptation à l'effort.

La pharmacie, aujourd'hui saturée et vieillissante, va être déménagée sur 1 620 mètres carrés et en partie automatisée, notamment sur la préparation et le dosage des piluliers pour les patients.

Le projet d'établissement prévoit également une meilleure coordination avec la médecine de ville, à la fois pour optimiser les soins dispensés à l'hôpital mais aussi mieux orienter le patient, avec des temps de réponse plus rapides et pour réduire le passage aux urgences.

DU NOUVEAU D'ICI 2020

Le nouveau projet d'établissement va avoir un impact sur l'organisation spatiale des services, et donc sur la surface occupée. Les 47.000 mètres carrés actuels à Gleizé ne suffiront pas. De nouvelles constructions vont donc voir le jour sur le plateau d'Ouilly. L'extension de la chirurgie ambulatoire et l'ambulatoire pédiatrique va ainsi accroître la surface de l'hôpital de 860 mètres carrés, 400 seront restructurés sur l'existant pour un montant total de 6 millions d'euros.

Le bâtiment connecté comportant l'ambulatoire d'oncologie, la plateforme pneumo-cardiologique et les activités de soins de suivi et de réadaptation du centre médical Bayère va quant à lui se construire sur 12.270 mètres carrés, dont 9000 seront habités par l'Hôpital Nord-Ouest; ce nouvel équipement abritera également la pharmacie et le laboratoire, qui vont libérer leurs locaux actuels.

Le coût est estimé à 39,3 millions d'euros, dont 11,6 en partenariat avec le centre Bayère. La dernière construction est le pôle gérontologique qui va regrouper en grande partie les sites d'Alix et de Pierre-de-Beaujeu qui seront à terme fermés, pour un montant de 25,6 millions d'euros pour ses 9 000 mètres carrés.

"L'investissement est continu depuis plusieurs années, note Véronique Wallon, directrice générale de l'ARS Rhône-Alpes, on achève une première phase avec notamment la reconstruction de l'hôpital de Tarare pour un montant de plus de 27 millions d'euros dans lequel l'ARS a injecté entre 7 et 8 millions. Le projet sur cette communauté hospitalière de territoire prouve que l'on peut concilier excellence dans la gestion et excellence de qualité de soin".

Le niveau des investissements prévus et les ambitions affichées par l'équipe de l'Hôpital Nord-Ouest préfigure de manière limpide l'avenir des soins dans le nouveau département du Rhône. Ce qui fait déjà penser au futur groupement hospitalier de territoire qui comprendrait alors - outre les établissements déjà fédérés – Belleville, Grandris et L'Arbresle.

Fabrice PETIT, correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?