AccueilBEAUJOLAISPierres doréesGeopark : vers une labellisation UNESCO

Geopark : vers une labellisation UNESCO

Depuis maintenant plus d'un an, le Syndicat mixte du Beaujolais a engagé la démarche Geopark, labellisation soutenue par l'UNESCO et qui reconnaît au territoire un patrimoine géologique exceptionnel et une dynamique territoriale importante autour de la valorisation des richesses humaines. "La démarche Geopark n'est pas en effet uniquement centrée sur la géologie, elle prend également en compte les pratiques sociales passées et actuelles, les savoir-faire traditionnels qui façonnent notre territoire et son identité culturelle, sociale et économique", souligne le Syndicat mixte du Beaujolais.

BEAUJOLAISPierres dorées Publié le ,

Depuis maintenant plus d'un an, le Syndicat mixte du Beaujolais a engagé la démarche Geopark, labellisation soutenue par l'UNESCO et qui reconnaît au territoire un patrimoine géologique exceptionnel et une dynamique territoriale importante autour de la valorisation des richesses humaines.
"La démarche Geopark n'est pas en effet uniquement centrée sur la géologie, elle prend également en compte les pratiques sociales passées et actuelles, les savoir-faire traditionnels qui façonnent notre territoire et son identité culturelle, sociale et économique", souligne le Syndicat mixte du Beaujolais. Les éléments de patrimoine ou les sites d'intérêt archéologique, écologique, historique et culturel sont également intégrés au projet et font de celui-ci une véritable démarche de territoire.
Lors du dernier forum qui s'est tenu à Graves-sur-Anse, la sélection des géosites qui seront intégrés au dossier officiel a été présenté. "Ceux-ci ont été choisis par le comité scientifique pour leur notoriété, leurs intérêts touristiques et pédagogiques", indique Charlotte Besombes, chargée de la démarche Geopark en Beaujolais. Parmi les géosites, on peut citer la carrière de Lucenay, l'espace Pierres folles de Saint-Jean-des-Vignes, le balcon du Morgon (sentier botanique), la vanne martelière de Gleizé ou encore le village de Charnay et les espaces naturels sensibles de Taponas/Belleville, sans oublier la gravière du pré du Joux. Des sites qui sont révélateurs des liens entre l'histoire de la terre et le patrimoine géologique et les autres formes de patrimoine.
"Actuellement, cent cinquante sites ont été repérés et devraient être intégrés au dossier officiel, mais leur nombre n'est pas définitif", indique la chargée de mission.
La rédaction du dossier officiel de candidature a commencé. Il sera présenté aux instances internationales des geoparks en septembre 2014. D'ici là, des visites sur certains sites seront organisées. "Le but est de faire découvrir ces lieux et de travailler avec leurs gestionnaires", note Charlotte Besombes. Le dépôt officiel de candidature auprès du réseau geopark, aura lieu à l'automne 2014.

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?