AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeGérard Ducray à nouveau condamné

Gérard Ducray à nouveau condamné

Une page supplémentaire s'est écrite lundi dans l'affaire Ducray, du nom de cet ex-élu caladois accusé d'avoir dépassé le cadre de la drague "lourdingue" pour se perdre dans le registre du harcèlement.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Et depuis lundi et une nouvelle décision de justice, dans celui de l'agression sexuelle. A l'issue d'un troisième procès, la Cour d'appel de Lyon a condamné Gérard Ducray à un mois de prison avec sursis et 3?000 euros d'amende. L'ex-adjoint à la sécurité à Villefranche, 72 ans, a été reconnu coupable d'agression sexuelle concernant Aline Rigaud. Poursuivi pour la même prévention en raison de gestes supposés déplacés envers deux autres femmes travaillant à la police municipale, Gérard Ducray a par contre été relaxé lundi. Le parquet avait requis une peine de six mois de prison avec sursis et une amende de 5?000 euros lors de l'examen du dossier sur le fond le 13 octobre dernier.

"Une décision favorable"

Les faits reprochés à cet ancien baron politique caladois sont datés des 19 et 23 octobre 2009. Stagiaire au sein du service de sécurité urbaine, Aline Rigaud avait porté plainte après avoir subi les agissements plus que douteux de celui qui était alors son supérieur hiérarchique.
Cette nouvelle condamnation, même partielle, apparaît comme un succès pour l'avocat de la partie civile : "C'est une décision favorable. Je viens de m'entretenir avec ma cliente. Elle a le sentiment que la justice a fait son travail. Elle est sereine. Mais la décision est assez clémente pour le prévenu, la Cour avait les éléments pour aller plus loin", analyse Me Pierre Mury. L'avocat poursuit : "Le dossier était solide. Nous étions assez confiants au regard de la requalification des faits en agression sexuelle. Depuis 2010, trois juridictions avec des compositions différentes, soit neuf juges différents, ont reconnu la culpabilité de M. Ducray pour des faits de nature sexuelle. L'argument de la défense évoquant un dossier monté en épingle ne tient plus".
Son de cloche forcément différent du côté de la défense, pour laquelle "les errements de la justice continuent".
Condamné en 2010 par le tribunal correctionnel de Villefranche à deux mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel, l'ex-adjoint délégué à la sécurité à la mairie de Villefranche avait ensuite écopé de trois mois avec sursis et deux ans d'inégibilité en appel à Lyon en 2011. M.?Ducray s'était ensuite pourvu en cassation, ses conseils déposant en parallèle une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Une demande à l'origine de la décision du Conseil constitutionnel d'abroger la loi sur le harcèlement sexuel. C'est à ce moment là, en mai 2012, que l'affaire a pris une dimension nationale.
Après avoir témoigné à travers de nombreux médias, Aline Rigaud avait sorti un livre ("Il a fait de moi sa proie", Flammarion). Depuis, elle a pris du recul. Elle était d'ailleurs absente lors de cette procédure en appel.
Reste que le jugement prononcé lundi ne met pas forcément un point final à ce véritable feuilleton judiciaire. Gérard Ducray dispose encore de la possibilité de se pourvoir en cassation. Il a quelques jours pour prendre sa décision.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?