Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Frédéric Laveur : "La viticulture beaujolaise doit avoir son mot à dire face à la Bourgogne"

le - - Viticulture

Frédéric Laveur : "La viticulture beaujolaise doit avoir son mot à dire face à la Bourgogne"
Frédéric Laveur, 35 ans, est le nouveau président des appellations beaujolais et beaujolais-villages. Vigneron à Vaux-en-Beaujolais et coopérateur à la cave du Perréon, il dévoile ses méthodes de travail et son plan de bataille face à la crise.

Le Patriote Beaujolais : "Qu'est-ce qui vous a poussé à succéder à Gérard Presle à la tête de l'ODG beaujolais/beaujolais-villages ? Frédéric Laveur : "J'étais déjà vice-président de la cave coopérative du Perréon et responsable de la partie vente au caveau.

Le Patriote Beaujolais : "Qu'est-ce qui vous a poussé à succéder à Gérard Presle à la tête de l'ODG beaujolais/beaujolais-villages ?

Frédéric Laveur : "J'étais déjà vice-président de la cave coopérative du Perréon et responsable de la partie vente au caveau. Par ailleurs, je m'investis dans l'ODG depuis 2008. J'ai notamment contribué à la création d'une section concernant l'avenir des beaujolais-villages. Elle fonctionne depuis un an et demi et se préoccupe du futur des vins de garde de l'appellation. J'ai tout simplement souhaité m'investir encore davantage pour poursuivre le travail engagé".

Que souhaitez vous changer ou faire évoluer ?

"Il faut encore améliorer le fonctionnement de l'ODG, travailler davantage en équipe, avec plus de méthode. C'est ce qui manquait un peu jusqu'à présent. Je veux aussi qu'on évite les petites guerres internes, c'est dépassé. On doit œuvrer pour tout le monde, la vente directe, les coopérateurs… Nous voulons aussi plus réfléchir à long terme. Par le passé, l'un des défauts a été de regarder les choses trop au coup par coup. Il faut disposer d'une longueur d'avance. Enfin, on espère collaborer plus en concertation avec l'ODG des crus. Certaines choses sont susceptibles d'être regroupées, par exemple en matière de communication."

Vins de garde : "Un problème de fond"

Quels vont être les dossiers primordiaux à gérer ?

"Ce sera la commercialisation des vins de garde. Cette année, c'est dur ! On ne pourra renverser les tendances du marché du jour au lendemain, mais il n'existe aucune raison pour que les cours soient si bas. Il faut régler le problème de fond. Car même si on met de côté la conjoncture qui n'est pas bonne, on voit bien qu'on n'arrive pas à développer nos ventes en beaujolais et beaujolais-villages de garde. Il faut trouver des solutions, à l'image de ce qui a débuté en matière de diversification avec les crémants, les rosés, les blancs, les coteaux bourguignons…"

Au sujet de la Bourgogne, comment envisagez-vous les rapports futurs avec le Beaujolais ?

"Si on veut développer l'appellation coteaux bourguignons, il faut qu'on prenne davantage les rênes. Il est indispensable que la viticulture beaujolaise ait son mot  à dire dans la gouvernance du grand bassin de production bourguignon. Pour l'instant, rien n'est calé à ce sujet, le cahier des charges ne nous est pas favorable… Un travail va être mené par l'UVB mais en attendant nous avons déjà nommé deux représentants de l'ODG qui planchent sur ce dossier "Bourgogne". Il s'agit d'Olivier Bosse-Platière et Philippe Thillardon. Il faut agir, on a déjà perdu assez de temps."

Propos recueillis par Julien Verchère


Qui siège au conseil d'administration ?

Section beaujolais : Olivier Bosse-Platière (Lachassagne), Gilbert Combier (Liergues), Thierry Saint-Cyr (Lachassagne), Sébastien Coquard (Bully, vice-président), Mathieu Subrin (Sarcey), Brigitte Debourbiaux (Saint-Jean-d'Ardières), Hugo Matray (Corcelles-en-Beaujolais), Jean-Luc Merle (Belleville), Bruno Combrichon (Ville-sur-Jarnioux), Jean-François Garlon (Theizé), Christophe Subrin (Le Breuil), Philippe Thillardon (Létra), Denis Chilliet (Denicé), Cyril Picard (Denicé), Vincent Giroud (Saint-Romain-de-Popey).

Section beaujolais-villages : Loïc Burnichon (Quincié-en-Beaujolais), Dominique Capart (Jullié), Michel Dubost (Marchampt), Patrick Dufour (Quincié-en-Beaujolais), Laurent Bessy (Saint-Etienne-des-Oullières), Gisèle Ducroux (Saint-Etienne-des-Oullières), Hervé Nicot (Saint-Etienne-des-Oullières), David Ratignier (Saint-Etienne-la-Varenne), Pierre Deshayes (Le Perréon), Frédéric Laveur (Vaux-en-Beaujolais, président), André Perréon (Le Perréon), Franck Lathuilière (Vaux-en-Beaujolais), Martial Rosir (Saint-Julien), Denis Chastel-Sauzet (Romanèche-Thorins).




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer