Fermer la publicité

Football/Sur le chemin du National avec… Hugo Vargas-Rios, défenseur du Stade Briochin

le - - FCVB

Football/Sur le chemin du National avec… Hugo Vargas-Rios, défenseur du Stade Briochin
FRANCK CHAPOLARD - L'ancien latéral gauche de MDA va découvrir à 25 ans le National à Saint-Brieuc et retrouver un autre promu, Annecy.

A J-10 de la reprise du National, nous partons à la rencontre des futurs adversaires du FC Villefranche-Beaujolais dans un championnat qui s'annonce encore très ouvert. Après avoir sondé la Corse et les ambitions du SC Bastia et celles de Bastia-Borgo, troisième volet aujourd'hui en Bretagne avec Hugo Vargas-Rios, défenseur du Stade Briochin qui viendra en Calade cet hiver, le 8 janvier 2021, lors de 17ème journée.

Dire qu'il a laissé un grand vide dans le vestiaire du stade Giuly est une litote. Car pendant une saison jusqu'à mars dernier, Hugo Vargas-Rios a été un coéquipier apprécié par tous et l'un des éléments les plus en vue du groupe de Cris à Chasselay. Logiquement, il ne pouvait que grimper d'un étage, en National. Il semble avoir trouvé la bonne escale dans les Côtes-d'Armor à Saint-Brieuc en rejoignant notamment l'ancien attaquant caladois Charly Dutournier. Vargas-Rios, au profil de latéral moderne, a découvert en Bretagne un promu, le Stade Briochin, qui a gravi les échelons façon TGV, à savoir la montée au bout de trois saisons en N2. Une performance pour un club qui, en 2013 était encore en DH. C'est cette histoire qu'a incorporée Vargas-Rios, dans le train d'un club dont la dernière présence en National remonte à la saison 1995-1996. Presque une éternité.

Un effectif au long vécu en commun

"Je suis arrivé dans une équipe extrêmement joueuse, ça ne m'a pas beaucoup dépaysé par rapport à ce que j'ai connu à Monts-d'Or-Anse la saison dernière. C'est un groupe qui se connait très bien, depuis quelques saisons déjà. Nous sommes quelques nouveaux (le gardien Pattier de Lorient, le milieu Blondel de Granville, l'attaquant Lavigne de Concarneau, le milieu Illien de Boulogne) et on a senti assez vite tout ce vécu en commun que les mecs d'ici ont construit. On a découvert un groupe qui vit très bien, et ce n'est pas seulement une simple formule. On entre dans une équipe qui, sur certaines phases de jeu démontre de vrais automatismes. Cette envie de jouer au ballon me correspond parfaitement. Ce sera un plus pour nous car nous n'avons pas de joueurs physiques et costauds comme certaines équipes de National. On a la chance d'avoir un entraîneur (Maxime D'Ornano) qui est un amoureux du foot, qui colle à l'identité de jeu du club. Il veut des mecs qui, humainement rentrent dans ce moule-là. Toutes les montées de ce club ont été acquises sur cet état d'esprit, avec beaucoup de solidarité, ça explique pourquoi tous les joueurs sont là depuis trois ou quatre ans. Ils sont passés à côté de la montée plusieurs fois. Mais la saison passée, ils ont réussi à passer devant Chartes à deux journées de l'interruption du championnat. C'était mérité."

L'ambition de départ

"On va vite chercher à obtenir le maintien car le National reste un championnat inconnu pour beaucoup de joueurs. On verra comment les journées s'enchaînent mais une chose est sûre : on ne va pas aller plus que la musique ! On aura besoin d'installer notre jeu et plus on va avancer plus on prendra nos marques. Quoi qu'il en soit, on arrive dans ce championnat sans faire de bruits..."

La hiérarchie du National

"Le SC Bastia a effectué un beau recrutement. Je les vois bien dans les équipes qui vont compter. Mais le National, même si je ne le connais pas encore, reste un championnat toujours très serré, sans favoris au départ. Ce sera un grand combat. On se méfiera de tout le monde. Et puis nous aurons l'appui de nos supporters. La Bretagne comme en Rhône-Alpes est une belle région de football. Ce ne sera pas simple de venir gagner chez nous !"

Un œil sur le FCVB

"Villefranche que j'ai vu joué la saison dernière est une équipe joueuse. Ils ont, en plus, des joueurs d'expérience qui sont toujours là comme Maxime Jasse ou leur milieu Rémi Sergio. Ils seront encore performants, je pense. Je vais me méfier aussi de mon pote Omer Bulur qui jouait à MDA avec moi, sur coup-pied arrêté je le connais, il a un super pied ! Ils ont connu pas mal de changements et c'est presque une nouvelle équipe, le genre de formation qui nous inspire parce qu'elles commencent à avoir de la bouteille à ce niveau-là, contrairement à nous."

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse.




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer