AccueilSPORTSFCVBFootball/National : les ressources étaient caladoises, malgré tout…

Football/National : les ressources étaient caladoises, malgré tout…

Mené (1-0) à Pau puis réduit à dix à vingt minutes de la fin avec l'exclusion de Gonzalez, le FCVB a réussi à revenir à hauteur grâce à Maxime Jasse (1-1) et démontré une solidarité qui servira dans les journées futures, en attendant le premier succès.
Football/National : les ressources étaient caladoises, malgré tout…
FRANCK CHAPOLARD - Jasse ici face au Mans à Chouffet vendredi dernier, a inscrit à Pau son second but de la saison.

SPORTSFCVB Publié le ,

Vendredi 14 septembre, 7ème journée de National. A Pau, au Stade Du Hameau Idron 1, le FC Villefranche-Beaujolais et Pau FC font match nul 1-1 (0-0). Arbitre M. Thierry Bouille. Exclusion de Gonzalez au FCVB (71e). Buteurs : Jasse (65e) pour le FCVB, Guilavogui (48e) pour Pau. Composition du FCVB : Sauvage, Martin, Gonzalez, Lacour, Pagerie, Jasse, Sergio (Burel, 90e), Toko, Benedick, Blanc (Ertel, 74e), Labeau (Mambu, 66e). Entraîneur : Alain Pochat.

Ce partage-là n'a pas vraiment le goût amer des précédents. A Pau, si le FCVB a récolté son sixième match nul, celui-ci a été glané dans des conditions qui disent l'esprit d'une équipe, à dix, avec un but plein de rage d'un capitaine, Maxime Jasse qui, jamais n'a renoncé.

LE MATCH

Savoir bien commencer. Villefranche, qui de journée en journée, assure un pressing assez haut en début de match, comme ce fut le cas il y a sept jours face au Mans, a renouvelé cette très bonne habitude. Mais à nouveau, dominer n'est gagner. Ainsi, la percussion de Toko (5e) côté gauche trouvait une conclusion de Benedick, non gagnante. Le signal que ces deux hommes de couloir, seraient les principaux animateurs de cette première période. Toko, encore, au bout d'une belle course servait Blanc dans la surface, un poil trop court (11e). Le FCVB avait le monopole du jeu, avec Sergio omniprésent dans l'entrejeu. C'est lui qui servait Blanc, seul, presque au point de pénalty, mais ce dernier écrasait trop sa frappe, sans inquiétude pour le portier Guendouz (19e). Peu à peu, Pau se montrait plus incisif dans ses contre-attaques. Guilavogui (21e), de la tête effleurait le ballon sur un centre de Vallier, côté gauche. Alerte, le jeu le restait. A l'approche de la pause, Guilavogui et Boisgard menaçaient Sauvage, heureusement sans conséquences pour la défense caladoise (36e). L'emprise paloise se dessinait alors de manière plus frappante. Dès le début de la seconde période, Villefranche connaissait un véritable trou d'air. Obligés de reculer, pressés dans la relance, les défenseurs beaujolais subissaient les assauts palois portés le plus souvent par le luxembourgeois Vincent Thill. Guilavogui prenait de vitesse l'axe caladois pour finalement envoyer dans les nuages son tir (47e). Il ne se manquerait pas dans la foulée : sur un ballon en profondeur, l'avant-centre palois prenait le meilleur sur Martin et battait Sauvage (1-0, 48e) pour ouvrir le score. Le FCVB était à la peine et sortait très peu. Labeau (64e) tombait sur Guendouz dans un angle fermé. C'était peu pour espérer plus. Mais il faut croire que l'équipe d'Alain Pochat possède suffisamment de ressources à l'extérieur pour ne jamais plier. L'égalisation, signée par son capitaine Jasse, sur une frappe des vingt mètres, asses limpide (1-1, 65e) contenait tout. Un tacle comme on sauve la baraque de ce même Jasse dans sa propre surface sur Daubin (ou l'art de pousser à la faute…), se terminait en contre-attaque synonyme de 1-1. Voilà une leçon. Renoncer n'est pas dans l'esprit caladoise, en dépit des temps faibles qui paraissent pourtant rédhibitoires, par instant. L'exclusion du défenseur Gonzalez (71e) sur une glissade prolongée par une main peut paraître sévère. Mais ses coéquipiers, à dix, ont tenu. Pour récolter un sixième point en sept journées dans un championnat toujours aussi irrespirable qui place le FCVB à un point de la zone rouge des relégables.

LE JOUEUR

On pourrait citer le buteur Maxime Jasse, qui comme à Dunkerque lors de la cinquième journée (1-1) avait sauvé son équipe, mais ce serait mettre un voile sur la prestation du milieu Rémi Sergio, qui a été le phare de la construction caladoise. A la manœuvre en première période sur les coups offensifs, l'ancien marseillais a régulé le jeu du FCVB dans les temps durs des siens, en enclenchant le premier pressing, en harcelant les palois, et surtout en maintenant ses coéquipiers dans le sens du match : rester solidaire en attendant l'éclaircie survenue avec le but de Jasse.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?