AccueilSPORTSFCVBFootball/National : le FCVB retrouve des couleurs

Football/National : le FCVB retrouve des couleurs

Auteurs d'une solide sortie à Dunkerque (1-1), les Caladois ont mis fin à leur mauvaise passe marquée par deux défaites consécutives, chez le deuxième du National.
Football/National : le FCVB retrouve des couleurs
Archives FRANCK CHAPOLARD - Martin et toute la charnière du FCVB (Renaut et Cabaton) n'ont pas compté leurs efforts.

SPORTSFCVB Publié le ,

Vendredi 6 mars, 25ème journée de National. A Dunkerque, au stade Marcel Tribut, USL Dunkerque et le FC Villefranche-Beaujolais font match nul 1-1 (0-0). Arbitrage de M. Pierre Legat. Buts : Sergio (65e) pour le FCVB, Bayo (56e) pour Dunkerque. Composition du FCVB : Sauvage - Martin, Renaut, Cabaton - Agounon, François, Sergio, N'Diaye (Fischer, 68e) – Taufflieb (Labhiri 88e), Blanc (c) (Benedick, 76e) - Robinet. Entraîneur : Alain Pochat.

Cela ne vaut sans doute pas une victoire. Mais la façon dont Villefranche a remis le gaz en route à Dunkerque, faut-il le rappeler chez le deuxième du championnat, est une indication d'un possible retour au beau fixe après les deux défaites laissées par Toulon (3-0) et Bourg (2-1) lors des dernières journées qui firent du FCVB, un des clubs en perte de vitesse dans la course pour la troisième place du National, synonyme de barrages pour la Ligue 2.

LE MATCH

Que l'histoire de ce déplacement dans le Nord aurait été belle pour Villefranche, si dans les arrêts de jeu, Benedick – sur une remise de Robinet – avait conjugué les bons appuis et la spontanéité dans la surface pour tuer le match. Cela n'aurait pas été une profonde injustice, dans ce duel serré dont le verdict est tombé en seconde période. Si avant la rencontre, ni Villefranche (deux défaites lors des deux dernières journées), ni Dunkerque (deux revers en quatre rencontres) n'avaient pas l'allure des équipes qui respirent la bonne santé; au final, on aura vu deux formations pas si mal que ça, sur le plan collectif, le plan comptable se lisant bien après, quand on est diffusé sur Canal+ en apéro de la 25ème journée.

La belle entame dunkerquoise, illustrée par cette sortie de Sauvage dans les pieds de Bosca, mais surtout avec ce coup-franc de Lauray sur la transversale de Sauvage (5e), le ballon, après visionnage vidéo franchissant la ligne, puis Dudouit trouvant lui aussi la barre dans la foulée, aurait pu mettre la tête des Caladois dans le noir de leurs volontés d'attaquer. Cela ne leur a, heureusement, pas traversé l'esprit dans un dispositif 3-4-2-1 prouvant à nouveau qu'Alain Pochat n'est décidemment pas un coach à rester les deux pieds dans le même sabot tactique !

Pour preuve, le petit piquet de N'Diaye sur cette inspiration de Taufflieb dans le dos de la défense, était sauvé par Lauray sur sa ligne, Robinet puis Blanc étant trop courts pour pousser le cuir au fond des filets (29e). Arrivé à la demi-heure de jeu, le FCVB nourri par l'efficacité d'un pressing enfin redevenu une force à la perte du ballon, se montrait un poil plus tranchant dans le camp dunkerquois : en témoigne cette reprise second poteau trop enlevé de Sergio à la conclusion d'un beau mouvement avec renversement de jeu et occupation idoine des espaces (31e). Le tout était alimenté par ce supplément de percussion dans les couloirs (les pistons N'Diaye et Agounon) et les rôles de Blanc et Taufflieb en phase offensive juste derrière la pointe Robinet, François et Sergio étant plus bas à la récupération.

Sur ces bases-là, en seconde période, tout changerait. La chevauchée de Taufflieb terminée par une frappe croisée non cadrée avait bonifié la très bonne sortie de balle de Blanc (50e). Cela ne traduisait pas l'absence d'idée, principalement en transitions, de Dunkerque. Il faudra cependant un sacré concours de circonstance pour voir le verrou caladois se desserrer. Ainsi en trois tentatives, Bosca, l'un des meilleurs joueurs de National, était dans le coup, Bayo finissant le job sur une subtilité de Boudaud (1-0, 56e) devant Sauvage loin d'être inactif.

Sans paniquer, Villefranche avait le mental et surtout la qualité technique pour revenir. Pas sur ce centre d'Agounon pour la reprise contrée (par l'épaule ou la main de Dudouit ?) de N'Diaye (60e). Mais plutôt sur cette frappe de Sergio (1-1, 65e) aux abords de la surface. Tout était parti du boulot de Taufflieb réclamant la relance rapide de Renaut pour accélérer le jeu dans les 25 mètres adverses et servir Sergio, libre dans l'axe. Tout aurait pu, ensuite se transformer en succès, lorsque Fischer, à nouveau trouvé habilement par Sergio, se plantait dans le dernier contrôle pour perdre son duel face à Maraval (80e). Tout aurait pu aussi se finir dans une nouvelle frustration sans l'arrêt (à l'horizontale pour fermer l'angle opposé) de Sauvage sur un contre de Bayo (89e). C'était, peut-être, ce soir, la logique d'un partage entre deux patients sur le sentier de la guérison…

LE JOUEUR

A son endroit, on pourrait sortir le copier-coller à chaque journée de championnat. Rémi Sergio est un parangon de régularité dans l'entrejeu du FCVB. Déjà précieux la semaine dernière dans le derby face à Bourg (1-2), il a été ce soir à Dunkerque bien plus que ça : décisif. En inscrivant son troisième but en National, sur une frappe petit filet qui souligne sa capacité à prendre le destin des siens en main quand ça tangue un peu plus, il a permis aux Caladois de ne pas rentrer bredouilles du Nord dans une partition marquée par une grande solidarité et une certaine complémentarité avec François, l'autre défensif du milieu, arrivé cet hiver et dont on attendait le degré d'implication dans le collectif de Pochat. Lui aussi est dans le (bon) ton.

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?