Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : le FCVB reprend sa marche en avant

le - - FCVB

Football/National : le FCVB reprend sa marche en avant
FRANCK CHAPOLARD - Une semaine après avoir souffert face à La Duchère, les Caladois dont Taufflieb qui revoyait la Normandie, ont géré les débats à Quevilly-Rouen, avec brio.

Guère peu inquiété par une juvénile formation de Quevilly-Rouen, le FCVB a ramené de Normandie un succès probant (0-2) qui vient confirmer son bon début de saison.

Vendredi 23 août. 4ème journée de National, au Petit-Quevilly, au stade Robert Diochon, FC Villefranche-Beaujolais bat Quevilly-Rouen-Metro 0-2 (0-0). Buts : Sergio (68e), Taufflieb (75e) pour Villefranche. Arbitre M. Floris Aubin. Avertissements : Sangaré (84e), Samnick (87e) à Quevilly, Belkorchia (14e) à Villefranche; Exclusion de Renaut (89e) à Villefranche. Composition du FCVB : Sauvage, N'Diaye, Cabaton, Renaut, Belkorchia, Agounon (Benedick, 69e), Sergio, Taufflieb (Ly, 79e), Blanc (c) (Jasse, 69e), Robinet, Dadoune. Entraîneur : Alain Pochat.

De la patience, il en aura fallu aux Caladois pour prendre la mesure d'une faible équipe de Quevilly-Rouen, en deux temps. Une première période pas vraiment folichonne puis le déploiement, ensuite, d'une vraie maîtrise technique dans les trente derniers mètres normands, nourrie par deux beaux buts de Sergio et Taufflieb, deux milieux très influents. Voilà Villefranche installé dans la première moitié de tableau du National, avec deux succès au compteur en quatre journées.

LE MATCH

Une histoire de bataille tactique. Le duel entre Rouen et Villefranche a longtemps mis en exergue deux systèmes improductifs, le 3-5-2 caladois face au 4-3-3 normand. Parce qu'il manquait tellement de justesse technique au FCVB pour faire de la possession quelque chose de vraiment concret, dans les trente derniers mètres, que l'on ne voyait pas comment l'équipe d'Alain Pochat pouvait changer la donne. Mais rien n'est jamais figé. Une impression reste passagère quand on sait appuyer là où il faut.

Alors il a fallu que les Caladois insistent un peu plus dans la surface adverse pour justifier leur domination car si Dadoune en service pour Robinet au premier poteau, dont la tentative passait au-dessus des buts de Souchaud le portier normand (2e) avait indiquait la bonne marche aux siens en première période, on ne releva par la suite, que des escarmouches caladoises à l'instar de cette demi-volée pleine course de Taufflieb de peu hors cadre (32e).

Dans cette première mi-temps assez pauvre, Villefranche pépère à l'arrière voyait quand même son gardien, Sauvage, éveillé face à Gaëtan Laura (44e), avoir un peu de boulot. C'était avant la pause. Juste avant le basculement attendu.

Les Caladois, plus incisifs dans la moitié de terrain normande avec un milieu à trois aux profils techniques et vifs (Taufflieb-Sergio-Blanc) opéraient plus haut, usant des couloirs dans la préparation pour trouver leurs attaquants (centre de N'Diaye, Dadoune ne croisant pas assez sa tête à la 47e ou encore ce mouvement à trois N'Diaye-Blanc-Dadoune mais l'attaquant caladois ne cadrant pas dans la surface à la 58e) et approcher à petites touches de l'instant marquant.

Cela viendrait du milieu le plus constant : ce petit bijou de Sergio qui en deux temps avec les relais intelligents de Belkorchia trouvait la lucarne de Souchaud (0-1, 68e). Cela continuait avec ce travail en pivot de Robinet pour N'Diaye dont le centre tombait sur la tête de Taufflieb stoïque dans la surface normande (0-2, 75e), son ancienne maison rendue si tristounette par la maîtrise beaujolaise.

C'était un soir où l'étau défensif rouennais – qui n'en est pas un, soyons honnête – a cédé lentement. Un soir où ce rush de Robinet (82e) non cadré aurait mérité un autre sort. Un soir où l'exclusion de Renaut (89e) pour un tacle un peu (trop) appuyé a semblé un peu rude, à distance. Peut-être que l'on se trompe. Peut-être pas.

Enfin, un soir où une mésentente entre Samnick et Souchaud aurait pu offrir le troisième but au caladois sur une passe pourtant manquée par Ly, l'entrant du FCVB, alors qu'il avait la place pour mieux servir Dadoune dans les arrêts de jeu. Bref, c'était un soir où Villefranche a rappelé qu'il savait toujours aussi bien voyager. Le derby perdu (0-2) à Chouffet, vendredi dernier face à La Duchère est (presque) oublié.

LE JOUEUR

Rémi Sergio. On ne va pas passer sous silence sa prestation. Pas seulement parce qu'il a marqué ce but qui a libéré les siens. Pas seulement parce qu'il a été encore très juste dans ce milieu redessiné par son coach Alain Pochat avec deux offensifs à ses côtés (Taufflieb-Blanc). Mais parce qu'il a été fort dans un domaine qui peut servir à l'avenir : être le point d'équilibre entre la défense et le reste de l'équipe. Un rôle qui lui va comme un gant. Ce soir en Normandie, en tout cas.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer